premier commandant anglophone nommé à bagotville depuis 1999

Molstad, un amoureux du français

Le nouveau commandant de la Base de Bagotville,... (. - Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le nouveau commandant de la Base de Bagotville, le colonel Darcy Molstad, est en plein déménagement. Il est ici aidé de son fils Ethan, 14 ans, qui fera son entrée à l'école secondaire Riverside cet automne

. - Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le nouveau patron de la Base militaire de Bagotville, le colonel Darcy Molstad, est le premier commandant anglophone à prendre les rênes de la 3e Escadre depuis 1999. L'Albertain d'origine, qui ne pouvait tenir une conversation dans la langue de Molière avant l'an 2000, perçoit son nouveau rôle comme un véritable défi. Un privilège, aussi, pour ce francophile qui est tombé littéralement en amour avec le Saguenay-Lac-Saint-Jean et qui s'exprime dans un français presque sans faille.

«C'est un honneur pour moi de devenir commandant de la seule base militaire francophone en Amérique du Nord. Je trouve ça triste qu'il n'y ait pas autant d'anglophones qui parlent bien le français qu'il y a de francophones qui parlent l'anglais. J'ai voulu changer la tendance, même si j'ai toujours cru que la langue maternelle ne définit pas la personne. C'est plutôt une question de caractère et de valeurs», estime le colonel de 42 ans, rencontré par Le Quotidien, vendredi matin. La romance qu'entretient Darcy Molstad avec le français a débuté dans le midi de la France, où il a pris part à un camp d'entraînement de quatre mois en saut à la perche, il y a une quinzaine d'années. L'expérience a donné la piqûre à l'ex-sportif d'élite, dont les connaissances de la langue lui ont valu une exemption aux cours de français obligatoires à l'obtention des ailes de pilote.

Retour aux sources

Darcy Moltstad et sa femme Jody, elle aussi originaire d'Edmonton et parfaitement bilingue, viennent tout juste d'emménager dans la résidence réservée au commandant de la Base de Bagotville, une maison unifamiliale coquette, mais sans flafla. Ils y vivront avec leurs deux enfants, Ethan, 14 ans, et Ella, 12 ans, tous deux nés à Chicoutimi alors que leur père était membre de l'Escadron 433. Au moment de l'entrevue, l'odeur de peinture fraîche enveloppait les cartons, éparpillés dans le salon entre les toiles de Jody, une physiothérapeute de profession qui affectionne particulièrement la peinture. La famille en est à son troisième séjour à Bagotville et retrouve avec bonheur un environnement où tout le monde considère qu'il fait bon vivre.

«J'ai un attachement particulier pour la culture, la langue et les paysages, qui me rappellent un peu l'Ouest canadien. Les montagnes sont un peu moins grandes, mais elles me font penser au chalet de mes parents à Jasper», dit Darcy Molstad.

Partout où il va, le couple adepte de plein air cherche les montagnes (ce déménagement est son dixième en 19 ans de mariage). Au Saguenay, la famille Molstad croit avoir touché le gros lot.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer