Fermeture de l'usine de Graphic Packaging

Couillard invité à présider une délégation régionale

Sylvain Gaudreault demande au premier ministre Philippe Couillard... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Sylvain Gaudreault demande au premier ministre Philippe Couillard de former et de présider une délégation régionale pour rencontrer Graphic Packaging International.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sylvain Gaudreault demande au premier ministre Philippe Couillard de former et de présider une délégation régionale pour rencontrer la haute direction de Graphic Packaging International. Une lettre officielle a été envoyée mercredi au député de Roberval et responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

En plus du député de Jonquière Sylvain Gaudreault, Claude Patry, député de Jonquière-Alma, Jonathan Tremblay, conseiller municipal du district #2, et René Gélinas, président du syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et cartons de Jonquière, ont également apposé leur signature au bas de la lettre dont Le Quotidien a obtenu copie. Ils espèrent une réponse d'ici le mardi 28 juillet.

Dans les jours qui ont suivi l'annonce de la fermeture de l'ancienne usine Cascades de Jonquière, Sylvain Gaudreault s'était prononcé en faveur de la formation d'une délégation afin de rencontrer rapidement les dirigeants de l'entreprise. Le but de cette rencontre est d'obtenir des explications sur le contexte de fermeture, mais aussi d'évaluer les possibilités de maintien de l'usine à Jonquière.

«Nous vous demandons donc officiellement d'envisager l'option de former cette délégation, sous votre présidence, qui serait composée de différents partenaires de notre milieu, dont nous-mêmes. Nous croyons qu'il est urgent d'agir, car si rien n'est fait immédiatement, nous assisterons impuissants au démantèlement d'une usine qui a pourtant su se démarquer dans les dernières années et même développer un produit novateur, ''le respak''. Nous considérons avoir le devoir de nous impliquer. Nous sommes en droit d'exiger des explications face à cette fermeture et c'est la raison pour laquelle nous vous sollicitons aujourd'hui», est-il possible de lire dans la lettre.

Avant d'envoyer la lettre, Sylvain Gaudreault avait préavisé, lundi, le bureau de M. Couillard et celui du ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, mais il n'a toujours pas obtenu de réponse.

«Je retiens qu'au moment de l'annonce de la fermeture, le premier ministre était prêt à tout faire pour garder les emplois. Tout faire, pour nous, ça signifie certainement d'aller chercher des réponses à nos questions auprès de la haute direction de la compagnie, a déclaré M. Gaudreault, hier. Moi, mes bagages sont prêts. Si le premier ministre dit qu'on part la semaine prochaine rencontrer le PDG de la compagnie, j'embarque.»

Sylvain Gaudreault se dit convaincu que les dirigeants de l'entreprise savent que des représentants régionaux veulent les rencontrer. «Nous l'avons dit publiquement à plusieurs reprises, et si le gouvernement fait bien son travail, il les a déjà avertis. Selon le bureau du ministre de l'Économie, il serait en contact avec certains hauts dirigeants.»

Trois paliers

Le député de Jonquière se réjouit que les trois ordres de gouvernement soient signataires de la lettre, en plus du représentant des travailleurs.

Pour le conseiller Jonathan Tremblay, il était important de s'impliquer, d'autant plus que l'usine est située dans son secteur.

«L'économie régionale n'est déjà pas facile, et là, une fermeture d'usine s'ajoute. Il faut montrer que la région est soudée et qu'elle va s'entraider. C'était important d'avoir quelqu'un des trois paliers de gouvernement», a dit M. Tremblay.

Les appels à Claude Patry sont demeurés sans réponse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer