Le Mirage: surconsommer pour doper sa vie

Louis Morissette et Christine Beaulieu sont de passage... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Louis Morissette et Christine Beaulieu sont de passage à Saguenay pour la promotion du film Le Mirage.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Qu'est-ce qu'on mange pour souper? C'est ainsi que devait s'appeler à l'origine le film coécrit par Louis Morisette et François Avard, Le Mirage. Une histoire de couples et de surconsommation. Parfait mélange pour une comédie dramatique populaire.

«J'ai abandonné ce titre. Mais pour moi, c'est la pire phrase dans un couple. Imaginez, la journée commence, tu prends ton café et tu demandes "qu'est-ce qu'on mange pour souper? ". Eh que c'est déprimant. C'est aussi un reflet de la routine et du niveau de communication qui s'installe dans le couple», exprime Louis Morissette, de passage dans la région cette semaine, pour promouvoir le film qu'il coproduit, coécrit et dans lequel il tient le rôle principal.

Plusieurs personnes se sentiront interpellées par le long-métrage qui prend l'affiche partout au Québec le 5 août. Le Mirage raconte la vie de Patrick Lupien, un père de famille qui semble puiser son bonheur dans le regard des autres. Insatisfait de sa vie de couple, il tombe dans l'engrenage de la surconsommation.

L'idée du film vient de Louis Morissette, également connu comme le mari de Véronique Cloutier. Mais Le Mirage n'est pas autobiographique, assure celui qui a été inspiré par les hommes de son entourage et des connaissances.

«Je rencontrais beaucoup de gens qui avaient l'air malheureux en vieillissant. Comme si la passion, le feu, était en train de s'éteindre. Donc je suis parti de ce constat-là pour creuser. Et mon interprétation personnelle, c'est qu'on consomme beaucoup de choses pour doper cette vie-là qu'on n'aime pas toujours. Comme si une voiture, un voyage, un spa allaient nous donner cet équilibre-là. Tu cherches le bonheur en te disant: "bon je me gâte et je m'achète une décapotable", même s'il ne fait beau que trois jours par année», donne en exemple le comédien et humoriste.

Critique sociétale, Le Mirage est avant tout un divertissement. Mais Louis Morissette ne s'en cache pas. Il aimerait que le film encourage les couples à mieux communiquer.

«Je n'ai pas espoir que le film change les choses, les comportements. C'est du divertissement. Mais mon objectif c'était de faire un film divertissant, mais pas seulement des calories vides. Je voulais quelque chose qui habite les gens après l'avoir vu, qu'ils en parlent, que ça prenne une certaine place dans la tête des hommes et des femmes», confie-t-il.

Le Mirage, c'est avant tout le point de vue d'un homme. Et les femmes qui ont vu le film ont toutes la même réaction et se posent toute la même question: «Est-ce que mon conjoint va bien?»

Véronique Cloutier a elle aussi lancé la question à son mari.

«Quand elle a lu le scénario, elle m'a dit "es-tu correct?". C'est une réaction quasi unanime chez les femmes qui ont vu le film. Au départ, j'avais peur de les exclure. Mais ce n'est pas ça du tout. Elles ont l'impression d'entrer dans l'univers des gars, dans leur tête. Et elles ont envie de parler avec leur chum et de voir s'il y a des choses qu'ils ne disent pas. J'ai donc eu droit à ce même genre de "meeting" là avec ma femme», admet le père de famille.

Le film a également fait réfléchir la comédienne Christine Beaulieu, qui campe le rôle de Roxanne, celle qui fait fantasmer Patrick Lupien. L'actrice, qu'on a pu récemment voir dans Ceci n'est pas un polar avec son conjoint Roy Dupuis, ne souhaite surtout pas vivre les mêmes problèmes que les personnages du film.

«Dans la vie, je ne suis pas quelqu'un qui est pris dans les problèmes de consommation. Mais l'histoire, ça m'a fait réfléchir sur le couple. Parce que je veux des enfants. Et si j'en fais, il va falloir qu'en couple, on fasse attention à nous, qu'on fasse garder nos enfants. Trop de couples s'oublient de nos jours», constate la comédienne, qui n'aime cependant pas parler en détail de sa vie amoureuse.

Ce n'est pas la première fois que Christine Beaulieu travaille avec Louis Morissette. Elle a joué dans la série C.A, écrit par l'humoriste.

«J'aime travailler avec lui., car il va dans des sujets qu'on a peur d'aborder. Ce sont des choses qui frôlent parfois le malaise et j'adore ça», mentionne la comédienne, qui a vécu le plus beau défi de sa carrière avec Le Mirage, lors du tournage d'un long plan-séquence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer