J.A.B. Sag a envoyé une mise en demeure à Hydro-Jonquière

Promoteur furieux

Angelo Bergeron s'indigne que les arbres aient été... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Angelo Bergeron s'indigne que les arbres aient été coupés sur son terrain sans sa permission.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Gobeil
Le Quotidien

Le promoteur J.A.B. Sag inc. dénonce la manière irrespectueuse avec laquelle la Ville a élagué les arbres autour d'un milieu humide sur le plateau Deschênes, à Arvida, en empiétant sur son propre terrain. Une mise en demeure a même été envoyée.

Le représentant Angelo Bergeron avait beaucoup de rancoeur lorsqu'il a présenté les lieux à la journaliste du Quotidien hier. Le terrain en question, qui s'étend du développement domiciliaire de la rue de la Clairière jusqu'au boulevard René-Lévesque, a été abîmé par le passage d'une pelle mécanique, sans que le promoteur ait été avisé.

Environ 70 troncs d'arbres, débités en billots de quelque 18 pieds et certains taillés plus petits comme s'ils étaient destinés à un usage personnel, sont rassemblés sur le sol. Ils ont été coupés dans une coulée appartenant à J.A.B Sag inc. alors que M. Bergeron n'avait pas donné sa permission.

«C'est ridicule d'agir de façon aussi cavalière. Ils n'avaient pas le droit de faire ça, ces arbres m'appartiennent», s'insurge-t-il.

Hydro-Jonquière est responsable de l'élagage sous les lignes électriques pour Saguenay et a réalisé les travaux dans le secteur. Sauf qu'au lieu de se limiter à la distance autour du corridor de poteaux d'électricité, qui a été accordé en servitude à la ville justement à ces fins, le service municipal a débordé sur les terres privées.

Angelo Bergeron vaquait à ses affaires avec son ingénieur lorsqu'il s'est aperçu de la coupe des arbres, il y a quelques semaines. Il a alors appelé le directeur d'Hydro-Jonquière Claude Bouchard, qui aurait admis une mauvaise gestion et l'aurait assuré de le contacter pour prendre une décision quant au retrait des troncs et un éventuel reboisement.

Ce dernier n'a pas pu confirmer l'information, comme il est tenu de passer par les voies de communication officielles. Les porte-paroles de Saguenay n'ont pas été en mesure de répondre aux interrogations hier.

L'outrage se poursuit

Vendredi dernier, le représentant de J.A.B Sag inc. est venu visiter le site avec un client et a été très surpris de voir les travailleurs s'affairer à retirer les arbres et des camions chargés de billots les amener sans son accord. Il s'est emporté en parlant avec le responsable et des policiers ont été appelés. «Ça ne serait pas arrivé si on m'avait respecté», remarque-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer