Accident mortel à Dolbeau-Mistassini

L'enquête se poursuit

Les enquêteurs du SPVQ ont rencontré des témoins... ((Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens))

Agrandir

Les enquêteurs du SPVQ ont rencontré des témoins de l'événement, hier, afin de faire la lumière sur les circonstances entourant ce drame.

(Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La route 169 a été rouverte à la circulation hier à Dolbeau-Mistassini, mais les enquêteurs de la Sécurité publique de la Ville de Québec (SPVQ) ont poursuivi leur enquête en lien avec la mort de trois personnes happées samedi par une voiture semi-banalisée de la Sûreté du Québec.

Les enquêteurs du SPVQ ont rencontré des témoins de l'événement, hier, afin de faire la lumière sur les circonstances entourant ce drame. Cécile Lalancette, 89 ans, Georges Martel, 80 ans, et Louiselle Laroche, 71 ans, sont décédés samedi en sortant de la Résidence Saint-Michel, sur la route 169. Une voiture de police semi-banalisée les a happés. Le policier se rendait sur les lieux d'un appel d'urgence à Saint-Jean-d'Arc, où une femme aurait été violentée. Il suivait deux autopatrouilles qui, elles, étaient bien identifiées aux couleurs de la SQ.

L'enquête indépendante du SPVQ a débuté dimanche matin. Les policiers tentent de savoir si l'erreur humaine qui a provoqué le décès des trois personnes a été faite par le conducteur de la Kia Rondo ou par l'agent en service.

Il est impossible de savoir ce qui est advenu de l'événement à Sainte-Jeanne-d'Arc, puisqu'il s'agit de l'un des éléments faisant partie de l'enquête. L'appel était toutefois fondé, selon nos sources.

Par ailleurs, la voiture semi-banalisée noire qui est entrée en collision avec la Kia était en outre utilisée par les policiers de Dolbeau-Mistassini afin de piéger les conducteurs utilisant leur cellulaire, selon ce que Le Quotidien a appris. Cette voiture était parfaite pour ce faire, puisqu'il était très difficile de savoir qu'il s'agissait d'un véhicule de patrouille.

Les voitures entièrement banalisées utilisées lors des enquêtes ne possèdent quant à elles absolument aucune caractéristique pouvant permettre de les identifier à un corps policier. C'est ce type de voiture que conduisait le policier ayant frappé l'automobile dans laquelle prenait place le jeune Nicholas Thorne-Belance, 5 ans, en février 2014. L'accident a coûté la vie de l'enfant. Le policier de Longueuil impliqué effectuait alors à une opération de filature d'un ancien directeur du Parti libéral du Québec, Robert Parent. En juin, le policier a été formellement accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort.

Funérailles

Les funérailles de Louiselle Laroche et de sa mère Cécile Lalancette seront célébrées mercredi à 14h, à l'église Sainte-Thérèse d'Avila, à Dolbeau-Mistassini. Les deux dames laissent dans le deuil de nombreux enfants, petits-enfants et arrières-petits-enfants. Les membres de la famille recevront parents et amis au Complexe funéraire Hébert et fils, sur le boulevard Wallberg, aujourd'hui et demain matin. Georges Martel, le conducteur de la voiture et conjoint de Mme Laroche, sera quant à lui exposé jeudi au Complexe funéraire Marc Leclerc, toujours à Dolbeau-Mistassini.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer