L'opinion publique sans merci pour le policier

Avant même que les conclusions de l'enquête ne... ((Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens))

Agrandir

Avant même que les conclusions de l'enquête ne soient connues, l'opinion publique, elle, est sans merci. Les dizaines de curieux qui ont passé une bonne partie de la journée à observer la scène affirment que les policiers roulent trop vite lorsqu'ils circulent dans les municipalités.

(Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant même que les conclusions de l'enquête ne soient connues, l'opinion publique, elle, est sans merci. Les dizaines de curieux qui ont passé une bonne partie de la journée à observer la scène affirment que les policiers roulent trop vite lorsqu'ils circulent dans les municipalités.

Dans ce cas particulier, les badauds étaient convaincus que Georges Martel, 80 ans, n'avait pas effectué une fausse manoeuvre. «Je l'ai dit au chef de police: la vitesse tue», lance un homme, près du périmètre de sécurité.

«C'est un homme qui a chauffé des camions toute sa vie. C'est un conducteur expérimenté, a dit un passant à propos de conducteur, Georges Martel. Je ne crois pas que le policier avait besoin d'aller aussi vite», poursuit un autre.

Durant la journée, des centaines de personnes ont photographié la scène et même enregistré les propos des policiers et des journalistes. Tous semblaient d'accord pour dire que le policier «roulait au moins à 120km/h», même si présentement, même les enquêteurs ne peuvent en avoir la certitude. Des pièces du Dodge semi-banalisé seront envoyées à la compagnie et celle-ci pourra dire à quelle vitesse le compteur s'est rendu avant l'impact, a-t-on appris de sources policières.

La famille des défuntes, elle, n'en veut pas au policier. «Aucunement. Je trouve par contre qu'il y a trop d'excès de vitesse en ''char'' fantôme. Mais je ne lui en veux pas, les policiers font leur job», a dit l'un des membres de la famille Laroche à TVA.

Le propriétaire de la Résidence dans laquelle habitait Mme Lalancette, Jean-Pierre Rousseau, possède aussi la concession NISSAN située en face. «Le conducteur a probablement dû voir passer deux autos et ne pas s'attendre à voir la troisième. Je ne sais pas encore si la caméra de mon commerce fonctionnait au moment de l'accident. Si oui, on va très bien voir ce qui s'est passé puisqu'elle couvre 270 degrés. On le saura lundi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer