Rita et Benoit Pineault retournent à l'église Saint-Jacques

Un clin d'oeil au mariage de 1948

Robert Doré de Québec Issime et propriétaire de... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Robert Doré de Québec Issime et propriétaire de l'ancienne église a trouvé important de faire un clin d'oeil au passé hier avec Rita et Benoit Pineault.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Marcoux
Le Quotidien

L'ancienne église Saint-Jacques de Jonquière a retrouvé sa vocation première, hier, le temps d'une journée. Le propriétaire du groupe Québec Issime, Robert Doré, a permis à la famille de Rita et de Benoit Pineault de célébrer, à quelques jours près, leur 67e anniversaire de mariage au même endroit où ils se sont unis en 1948.

Pour célébrer l'événement, une quarantaine de membres de la famille étaient présents. Même les arrières petits enfants du couple avaient le sourire aux lèvres.

La fille de Rita et Benoit, Denise Pineault, a eu l'idée de célébrer l'union de ses parents, un des premiers couples à s'être marié à cette église, après avoir discuté avec Robert Doré en décembre. Le propriétaire de l'ancienne église n'a pas hésité une seconde à faire un clin d'oeil au passé.

«C'est de bon goût de revenir célébrer à l'église. Quand Denise m'a parlé de ça dans le temps des Fêtes, je me suis dit qu'on ne pouvait pas manquer ça. Dès le moment qu'on en a parlé, dans ma tête c'était réglé, souligne Robert Doré avec joie. Il ne fallait pas oublier ça. C'est beau de voir leur sourire.»

M. Pineault avait d'ailleurs posé les premières pierres de l'église lors de sa construction.

«C'est une oeuvre d'art que vous avez contribué à faire, vous êtes des créateurs et je n'ai pas ce talent-là, de confier Robert Doré à Benoit Pineault et à son épouse Rita. Ça me fait vraiment plaisir de vous voir chez nous, vous êtes de grands bâtisseurs.»

Rita et Benoit Pineault étaient très émus d'avoir reçu une telle surprise de leur famille. Le couple qui s'est marié au sous-sol de l'église le 15 juillet 1948, car sa construction n'était pas encore terminée, n'avait pas de mots pour décrire ce cadeau.

«Je viens de le savoir, on l'a un peu deviné en chemin, je suis vraiment contente», s'exclame Rita Pineault, âgée de 87 ans.

«C'est une belle surprise, je ne sais pas trop comment réagir! On ne s'en attendait pas d'avoir cette chance», de poursuivre son mari, âgé pour sa part de 92 ans.

Respect du passé

Pour le promoteur et producteur de QuébecIssime, cette faveur accordée à la famille témoigne d'un respect pour l'histoire.

«Je viens d'une famille d'artistes et eux aussi sont des artistes de la pierre d'une certaine façon», partage-t-il en faisant référence à l'entreprise Benoit Pineault inc., membre du groupe Réfraco, qui poursuit la tradition familiale dans ce domaine.

«Que ce soit le mariage ou l'église, quelque part c'est notre histoire et notre patrimoine. Il faut y porter une attention particulière. Leurs petits enfants doivent savoir d'où ils viennent. Les temps changent, mais les racines restent.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer