Festival des bières du monde

Un succès bien arrosé

Le mauvais temps n'a pas empêché la septième... ((Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais))

Agrandir

Le mauvais temps n'a pas empêché la septième édition de connaître un franc succès. Samedi, il y avait foule malgré le temps maussade.

(Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Marcoux
Le Quotidien

L'heure du bilan a sonné pour la septième édition du Festival des bières du monde (FBM). Le promoteur Robert Hakim est très heureux de la réponse des gens qui se sont présentés en grand nombre sur le site de la Zone portuaire.

« C'est surprenant, malgré la pluie, c'est notre deuxième meilleure édition, a lancé d'emblée Robert Hakim. En fin de compte, ça va être à peu près équivalent à notre année record de l'an dernier.»

Le promoteur a été agréablement surpris de la réponse de la population. Le temps maussade n'a pas freiné leurs ardeurs.

«Nos festivaliers, c'est la crème de la crème, a-t-il partagé en entrevue téléphonique. Rien ne les arrête. Ç'a été d'une ambiance conviviale et très agréable toute la fin de semaine. Les gens avaient le sourire, malgré la pluie.»

Malgré tout, les organisateurs de l'événement sont demeurés sur leur appétit, considérant le potentiel qu'aurait pu atteindre la septième édition.

«S'il n'avait pas mouillé, cela aurait été exceptionnel. C'est certain que nous aurions fracassé le record d'achalandage de l'an dernier. On a un public fidèle et l'effet d'entraînement est spectaculaire avec les années», a constaté Robert Hakim.

Gérer la croissance

Ce dernier estime que le défi pour les prochaines années sera d'assurer une bonne gestion des microbrasseries présentes. Le besoin d'augmenter l'espace disponible se fait également sentir.

« On a eu six nouvelles microbrasseries cette année pour atteindre un total de 48 et on en a refusé parce qu'on a un trop petit espace. Il va falloir bien gérer notre croissance dans les prochaines années. Avec près de 70 000 personnes en quatre jours à la Zone portuaire, c'est clair qu'on manque de place, même si nous avons réaménagé la scène et que techniquement on dispose d'un immense espace.»

Avec le concours de brasseurs amateurs qui a été un franc succès cette année, Robert Hakim souhaite atteindre de nouveaux sommets. Il désire offrir encore plus de microbrasseries l'an prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer