Dur coup pour Scierie Girard et Transport Jules Savard

La fermeture de l'ancienne usine Cascades a des... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La fermeture de l'ancienne usine Cascades a des répercussions importantes pour des entreprises locales comme Scierie Girard et Transport Jules Savard.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

La fermeture de l'ancienne usine Cascades a des répercussions importantes pour des entreprises locales comme Scierie Girard et Transport Jules Savard.

« Nous avons investi une très grosse somme d'argent pour être en mesure de mettre en place un plan pour fournir en copeaux l'usine de Jonquière et consolider l'approvisionnement. Ce sont des négociations qui avaient été faites du temps que Cascades était propriétaire. Nous avons terminé le projet en avril. Nous avions un calendrier d'approvisionnement jusqu'à la fin 2016. C'est tout un coup que l'on subit », a commenté le directeur de la scierie Jean-Pierre Girard, qui n'a pas voulu donner l'ampleur de cet investissement.

Ce dernier pensait surtout aux gens qui avaient perdu leur emploi plutôt qu'aux inconvénients que lui causait cette fermeture. La perte va plutôt se situer au niveau de l'investissement. Il ne devrait pas y avoir de répercussions sur les emplois.

Ce sont environ 30 000 tonnes de copeaux qui étaient vendues à la cartonnerie, dont une partie en sapin. Les signes de fermetures n'étaient pas visibles, car Graphic Packaging International avait obtenu un volume de 50 000 mètres cubes de tremble pour assurer son approvisionnement. Un volume qui aurait été transformé par la Scierie Girard.

La compagnie était le plus important fournisseur avec la scierie Boisaco de Sacré-Coeur.

Transport Jules Savard

Cette fermeture représente une grosse perte pour l'entreprise Transport Jules Savard. 20 camions et 70 remorques étaient réservés pour le transport du carton aux différents clients de l'usine.

« Ça représente une vingtaine de voyages par jour. Ça ne devrait pas avoir d'effets sur les emplois. On va travailler pour trouver des contrats ailleurs. Ça fait mal pareil surtout qu'on venait d'acheter 25 remorques neuves et que nous avons aussi souffert de la fermeture de Novalis », a indiqué le directeur Guy Savard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer