Chats et chiens abandonnés

Dur de tracer une tendance

À la SPCA de Jonquière, 85 chats attendent... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

À la SPCA de Jonquière, 85 chats attendent patiemment dans des cages.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Patricia Rainville
Le Quotidien

Les campagnes de sensibilisation contre l'abandon des animaux portent-elles leurs fruits? Si certains intervenants voient une amélioration de la situation, d'autres estiment qu'il reste énormément de travail à faire.

Le Progrès-Dimanche a visité les locaux de la SPCA de Jonquière et ceux du Refuge de Saguenay, cette semaine, afin de voir si le déménagement du 1er juillet avait entraîné plusieurs cas d'abandon d'animaux domestiques. À la SPCA de Jonquière, environ 85 chats sont actuellement pensionnaires. Un nombre un peu plus élevé qu'à la normale. Des chatons, mais aussi plusieurs chats adultes, attendent une famille.

«Cette année, une quinzaine de propriétaires de logements nous ont amené des chats abandonnés. Les locataires déménagent, mais laissent l'animal sur place. La période du déménagement se déroule sur deux mois environ. Les gens n'abandonnent pas tous leur animal le 1er juillet. Nous en avons eu beaucoup cette année, pas plus ni moins que l'an dernier. La sensibilisation fait son chemin, mais il reste beaucoup de travail à faire», explique la directrice de la SPCA, Marypier Hudon-Thériault.

Quelques chiens attendent également une famille à la SPCA. «Nous avons toujours des chiens en adoption, mais pas autant que les chats. Nous essayons de ne pas avoir plus d'une cinquantaine de chats, mais actuellement, nous en avons beaucoup plus. Il faut continuer le travail de sensibilisation sur l'abandon et la stérilisation auprès de la population», ajoute la directrice.

Au Refuge pour animaux de Saguenay, situé sur boulevard du Royaume en direction de La Baie, le propriétaire Marc Villeneuve a vu une amélioration au cours des dernières années. «Je crois que les gens sont de plus en plus sensibilisés. Nous accueillons moins de chats qu'auparavant. C'est sûr qu'il y en a encore, mais ça s'améliore. Même chose pour les chiens. Actuellement, nous n'avons pas de chiens disponibles pour l'adoption, mais nous avons quelques chats et chatons», souligne Marc Villeneuve.

Précisons que les chats errants ne sont pas euthanasiés à la SPCA, ce qui n'est pas le cas au Refuge municipal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer