harcèlement sexuel dans les forces

«C'est arrivé à Bagotville»

Yvan Blondin à Vimy.... (- Courtoisie)

Agrandir

Yvan Blondin à Vimy.

- Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le lieutenant-général Yvan Blondin a été témoin d'un cas de harcèlement sexuel alors qu'il se trouvait à la barre de la 3e Escadre de Bagotville.

«Plusieurs personnes disent qu'ils n'ont jamais été témoins de harcèlement. Moi, j'en ai vu des cas et c'est arrivé à Bagotville. Le système était tellement rigide et je me suis battu contre la bureaucratie pour venir en aide à la victime», a confié Blondin, officiellement retraité de l'état-major de la Force aérienne depuis jeudi.

L'ex-numéro un de l'aviation aurait aimé pouvoir compter sur les mécanismes et les outils nécessaires pour venir en aide et soutenir la militaire victime de harcèlement.

«Pendant qu'une personne était en détresse, les responsables ont été promus. J'ai essayé d'arrêter les promotions. Je n'étais pas capable de faire la bonne chose et ça m'a énormément frustré. Le sergent de l'unité où ça s'est passé a fait venir le coupable et a exigé qu'il s'excuse à la victime. Puis il lui a dit que l'incident était clos et que tout le monde pouvait retourner travailler», relate le haut gradé militaire avec candeur. Il raconte que la victime est plus tard venue le voir, en larmes, pour lui dire que l'histoire n'était pas terminée.

«Je suis retourné voir le sergent et je lui ai dit: ''C'est du harcèlement sexuel. Elle l'a dit verbalement et je veux que tu le considères comme ça''. Finalement, j'ai dit que je voulais une vraie enquête et j'ai fait venir des gens de Valcartier», enchaîne-t-il, ajoutant que les fréquentes mutations et changements dans les chaînes de commandements ont compliqué les interventions à ce chapitre. Aujourd'hui, Yvan Blondin se réjouit de la mise en place d'un groupe d'intervention stratégique sur l'inconduite à caractère sexuel dans les Forces et de mécanismes indépendants permettant aux militaires de dénoncer le harcèlement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer