Service de garde à l'école

Encore une hausse

Après la hausse des frais de service de... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Après la hausse des frais de service de garde scolaire régulier, voilà que les parents d'élèves de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay devront aussi payer plus cher pour les journées pédagogiques et la semaine de relâche.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après la hausse des frais de service de garde scolaire régulier, voilà que les parents d'élèves de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay devront aussi payer plus cher pour les journées pédagogiques et la semaine de relâche.

La tarification pour les journées pédagogiques passera de 8$ à 10$ par jour, et de 10$ à 14$ pour les journées de la semaine de relâche. Cette hausse s'ajoute à celle du gouvernement annoncée au printemps. Depuis le 1er avril, les parents d'élèves qui utilisent le service de garde régulier paient 8$ au lieu de 7,30$ par jour, tandis que ceux qui en font un usage sporadique doivent débourser 6$ au lieu 4,50$.

La conseillère en communication de la CS des Rives-du-Saguenay, Hélène Aubin, explique que cette hausse est la conséquence d'une perte de subvention gouvernementale. Pour les journées pédagogiques, la subvention est passée de 16,39$ par jour à 7,93$, et de 9,12$ à 3,93$ quotidiennement pour la semaine de relâche.

Cette coupe, qui représente 150 000$ par année, sera assumée à 60% par la commission scolaire et à 40% par les parents, mentionne le directeur des ressources financières, Carl Duchesne.

Budget

Le budget de fonctionnement de la CS des Rives-du-Saguenay a été adopté mardi soir, lors de la session ordinaire du conseil des commissaires ajournée le 23 juin dernier. Pour la prochaine année, il s'élèvera à 151 936 577$, sous réserve des décisions gouvernementales entourant l'adoption des règles budgétaires.

Selon Carl Duchesne, ce montant est sensiblement le même que par les années passées. Soixante-quinze pour cent de cette somme servira à payer le salaire des employés, tous les corps d'emplois confondus, soit un total d'environ 110 millions$. Quant à l'autre 25%, une grande partie servira au transport scolaire (10 millions$), à la consommation énergétique des bâtiments (4 millions$) et au service de la dette (6 millions$).

Les trois quarts du budget proviennent des subventions gouvernementales, tandis que la balance est issue des taxes scolaires et des revenus autonomes.

«Nous avons réussi à devancer le plan de redressement à 2016, l'équilibre étant prévu pour 2017. C'est pour ça que nous disons que nous avons un budget équilibré», a ajouté Mme Aubin.

Parlant des taxes scolaires, entre 45 000 et 50 000 comptes ont été envoyés mercredi matin. Les propriétaires ne devraient pas avoir de mauvaises surprises. L'élément qui pourrait leur jouer un tour est la hausse de leur évaluation foncière.

«C'est pas mal le statu quo, explique M. Duchesne. Le ministère s'est désengagé encore une fois d'une subvention d'environ 1%, à valeur foncière égale. Selon la hausse de la valeur foncière de la maison, certains propriétaires pourraient avoir des hausses variant entre 5% et 18%.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer