À Chicoutimi jusqu'au 11 juillet

Des professeurs de français des États-Unis en congrès

Environ 300 enseignants de français des États-Unis séjournent... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Environ 300 enseignants de français des États-Unis séjournent à Chicoutimi jusqu'au 11 juillet.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Denis Villeneuve
Le Quotidien

Environ 300 professeurs de français de tous les coins des États-Unis séjournent à Chicoutimi jusqu'au 11 juillet afin de découvrir «L'héritage français en Amérique», thème principal du 88e congrès de l'American Association of teachers of french (AATF) qui regroupe 9000 enseignants à tous les niveaux scolaires.

Lors de l'ouverture du congrès, la présidente sortante, Mary Helen Kashuba, originaire de Philadelphie et enseignante au Chestnut Hill College, a indiqué que la décision de tenir le congrès dans la région la plus francophone d'Amérique découle d'une visite qu'elle a effectuée dans la région il y a deux ans. L'accueil chaleureux reçu ainsi que la volonté de l'AATF de transmettre aux étudiants américains la langue française et tous les aspects de l'histoire des grandes civilisations ayant mis pied en Amérique du Nord justifient la décision de tenir le congrès au Saguenay. Elle n'a pas caché que la traversée de la Réserve faunique des Laurentides avec ses grandes forêts d'épinettes, ses panneaux avertissant de la présence d'orignaux, sans orignaux, fait que la région lui a paru bien éloignée, mais que la distance a été compensée par l'accueil des citoyens. « Notre volonté est de familiariser les professeurs de français à cette région qui est peu connue. »

Langue populaire

En entrevue, Mme Kashuba a mentionné que la situation et la popularité du français aux États-Unis se maintiennent puisque la langue de Molière occupe le troisième rang derrière l'anglais et l'espagnol. Elle précise que chaque année, 100 000 Américains subissent des épreuves de français. Selon elle, des motifs culturels, touristiques, mais aussi la volonté de développer des affaires avec le reste du monde, dont l'Europe où le français occupe une place prépondérante, figurent parmi les motifs d'apprentissage. Il suffit de consulter les dépliants publicitaires d'offres de cours pour s'en convaincre.

Réseau des villes francophiles

Lors de son passage devant le congrès, Marc-André Thivierge, directeur des États-Unis au ministère des Relations internationales et de la Francophonie, a indiqué la volonté de Québec de participer, en octobre prochain, à la création du Réseau des villes francophiles d'Amérique, qui vise le regroupement de 350 villes de la province, du Canada et des États-Unis avec pour objectif d'effectuer des échanges touristiques.

M. Thivierge a également fait part de l'intention du Québec de renforcer sa présence aux États-Unis avec l'ouverture de deux nouvelles représentations dans les villes de Houston et de San Mateo en Californie. Ces représentations du Québec s'ajoutent aux six déjà existantes chez les voisins américains.

Outre le travail au sein des divers ateliers, les congressistes profiteront du congrès pour visiter la région et participer à diverses activités. Ils seront présents ce soir pour la représentation de la Fabuleuse histoire d'un royaume à La Baie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer