Projet pilote d'un réseau d'usines québécois dans la région

Du gaz naturel liquéfié pour remplacer le diesel

Jean-Pierre Boivin et Charles Tremblay ont présenté le... ((Courtoisie))

Agrandir

Jean-Pierre Boivin et Charles Tremblay ont présenté le projet d'usines de production de gaz naturel liquéfié renouvelable et de corridor régional de distribution de l'entreprise Sysgaz. Un projet de 85M$ qui devrait générer des retombées économies de 20M$ dans la région.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

L'implantation d'usines de production de gaz naturel liquéfié renouvelable et d'un corridor régional de distribution par l'entreprise Sysgaz de Montréal générera des retombées économiques de 20 M$ dans la région et créera 30 emplois.

C'est ce qu'a dévoilé le président de Sysgaz, Charles Tremblay hier lors d'une conférence de presse à Dolbeau-Mistassini en compagnie du préfet Jean-Pierre Boivin. L'investissement total est de 85 M$. Le premier jalon de cet ambitieux projet est de développer des usines de liquéfaction de petite taille dont la première sera implantée dans l'ancien dépotoir de Dolbeau-Mistassini. Cette usine pilote d'une capacité d'une tonne par jour, soit l'équivalent de 1300 litres de diesel sera la première installation du genre au Canada et produira du gaz naturel liquéfié renouvelable en captant les gaz emprisonnés dans les sites d'enfouissements. Elle servira de modèle pour les futures usines de liquéfaction qui seront implantées le long du corridor. Les secteurs visés sont Alma, Saguenay et Trois-Rivières.

« La tête de puits conçue pour être raccordée au collecteur horizontal du biogaz a déjà été livrée au mois de mai 2015. L'usine est une structure modulaire qui prendra deux mois à construire. On devrait être en mesure de produire à l'été 2016. Dolbeau-Mistassini représente un marché intéressant, car le gaz naturel ne se rend pas ici. Il y a donc des clients potentiels. Même s'il s'agit d'un petit puits, il y aura un réservoir de 60 000 litres en permanence qui servira pour nos clients », a indiqué en entrevue Charles Tremblay.

Le gaz naturel liquéfié renouvelable se veut une alternative au mazout et au diesel. « L'objectif du corridor est d'offrir du carburant abordable et peu polluant aux industries et aux transporteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le carburant liquéfié sera 25 % moins cher que le diesel, et le gaz naturel liquéfié produit à partir du biogaz générera 80 % moins de gaz à effet de serre que le diesel. Le corridor deviendra ainsi un pilier majeur du développement durable dans la région », a-t-il indiqué.

La compagnie vise les industries, commerces et institutions qui pourraient se chauffer à partir du gaz liquéfié. Aussi, des véhicules pourraient être convertis pour l'utiliser comme carburant.

Les usines de liquéfaction qui formeront le Corridor régional du Saguenay-Lac-Saint-Jean seront raccordées à l'actuelle Route bleue de Gaz Métro. À terme ce corridor comprendra six usines de liquéfaction dont la capacité de production devrait totaliser 75 tonnes par jour (TPJ), soit l'équivalent de 100 000 litres de diesel par jour. L'ensemble du réseau prendra quatre ans à se déployer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer