Propriétaire d'un refuge pour animaux à Alma

Encore de l'opposition pour Rubie

La saga entourant le refuge de Rubie Bergeron... ((Photo le Quotidien, Laura Lévesque))

Agrandir

La saga entourant le refuge de Rubie Bergeron n'est pas encore terminée. Alors qu'elle venait de trouver un nouvel endroit pour exploiter son refuge, la jeune femme se heurte déjà à l'opposition de ses futurs voisins.

(Photo le Quotidien, Laura Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Laura Lévesque
Le Quotidien

La saga entourant le refuge de Rubie Bergeron n'est pas encore terminée. Alors qu'elle venait de trouver un nouvel endroit pour exploiter son refuge, la jeune femme se heurte déjà à l'opposition de ses futurs voisins.

Rubie Bergeron a en effet annoncé, il y a plusieurs semaines, le déménagement de son refuge dans une écurie située sur la rue J.W. Fleury entre Saint-Coeur-de-Marie et L'Ascension. Une campagne de financement avait d'ailleurs été lancée pour aider la jeune femme qui, rappelons-le, devait déplacer son refuge afin de respecter la réglementation municipale.

Hier soir, la ville d'Alma devait accorder une dérogation à la jeune femme pour qu'elle puisse y accueillir des animaux autres que ceux de la ferme dans son écurie. Mais les craintes de deux résidents ont forcé la ville à repousser l'adoption du projet de règlement.

« Le problème qu'elle vit sera encore le même. Il ne sera que déplacé. Nous ne sommes pas contre ses intentions, mais contre son implantation. Qui veut être voisin d'un chenil? », a lancé Claudine Bouchard, une des voisines de l'écurie, craignant également que la valeur de sa résidence dégringole.

Un autre futur voisin, M. Lapointe, a manifesté son inquiétude face à l'ouverture imminente d'un refuge près de sa résidence.

« J'ai une fille autiste. Et elle a une ouïe sensible. Avec les chiens aux côtés, ça nous inquiète », a ajouté le père de famille, qui avait choisi de s'établir à cet endroit en raison de sa tranquillité.

Présente à la séance du conseil, Rubie Bergeron a tenté de rassurer les deux citoyens. Mais son intervention a été insuffisante pour que la ville adopte, hier soir, le règlement lui permettant d'ouvrir son refuge sur la rue J.W. Fleury.

« C'est un dossier chaud. On est d'accord pour vous aider, mais il faut que ça se fasse dans le respect », a exprimé le maire, précisant que le sujet reviendra à l'ordre du jour dans une séance ultérieure.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer