L'ex-candidate Mélanie Boucher a porté plainte

Victime de chantage et de fraude

L'ex-candidate libérale dans Jonquière Mélanie Boucher restera quand... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

L'ex-candidate libérale dans Jonquière Mélanie Boucher restera quand même près du parti. Elle figure ici en compagnie du chef Justin Trudeau lors de son passage dans la région.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dominique Gobeil
Le Quotidien

L'ex-candidate libérale dans Jonquière Mélanie Boucher confirme que le chantage et le harcèlement qu'elle a subi par un fraudeur réputé ont joué un grand rôle dans sa décision de se retirer de la campagne électorale fédérale et de se consacrer à l'entreprise familiale.

Vers avril, alors que la femme d'affaires subissait beaucoup de stress, un homme bien articulé d'une cinquantaine d'années, dont le nom est tu en raison des poursuites civiles engagées contre lui et de l'enquête policière en cours, l'a approchée en lui faisant miroiter des investissements possibles pour son entreprise, tout en vantant sa vaste expérience dans le milieu.

Mme Boucher a invité l'investisseur à passer quelques moments en observation, au sein de son atelier d'usinage spécialisé dans la fabrication de pièces industrielles, pour qu'il puisse confirmer son intérêt. Il en a profité pour voler un chèque, le faire certifier et encaisser un montant d'argent venant des coffres de l'entreprise qu'elle préfère ne pas dévoiler.

Lorsqu'elle s'est aperçue de la fraude, Mélanie Boucher a cherché les antécédents du prétendu homme d'affaires. «Je suis tombée des nues. Disons qu'il avait fait du bon travail dans la région dans ce domaine», déclare-t-elle en entrevue téléphonique.

Le présumé fraudeur aurait volé d'autres documents et fait chanter l'ancienne candidate en prétendant qu'il détenait des informations compromettantes contre elle. Ses tentatives d'extorsion relevaient du harcèlement.

«Il pensait que ça me ferait peur parce que j'étais une personnalité publique, mais pas du tout. Je l'ai dénoncé et il n'est pas content, poursuit Mme Boucher. Il n'y a aucun crédit à lui accorder, je suis blanche comme neige.»

La mère de trois enfants se félicite de n'avoir signé aucun accord avec cet homme et d'avoir choisi ce qui était le plus important pour elle, son entreprise. Elle assure qu'elle continuera de s'impliquer auprès de l'organisation libérale et de son remplaçant. Mélanie Boucher tente maintenant de «retomber sur ses pattes» et n'envisage pas un retour à la politique à court terme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer