La CRÉ n'est plus

On tourne la page sur 50 années de concertation

Le président de la Conférence régionale des élus,... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le président de la Conférence régionale des élus, André Paradis, a annoncé hier la fin des activités de l'organisation et le licenciement collectif des employés encore en poste.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Une page de l'histoire du développement régional a été tournée hier avec la fermeture officielle de la Conférence régionale des élus (CRÉ) à la suite de l'adoption, plus tôt cette année, de la Loi 28.

Son président, André Paradis, a annoncé hier la fin des activités de l'organisation et le licenciement collectif des employés encore en poste. M. Paradis a déploré la perte de savoir-faire découlant de l'abolition de 12 postes de professionnels et techniciens en mentionnant que la région allait subir des conséquences au plan de la concertation et du développement économique et social. Certains d'entre eux avaient accumulé une trentaine d'années d'expérience dans le développement régional.

En entrevue, M. Paradis a mentionné qu'au plan technique, la fermeture prévoit la terminaison de 12 ententes spécifiques et de quatre projets structurants de même que la vente de l'immeuble de la rue de la Peltrie à Jonquière. Cette dernière mission sera confiée à la MRC Domaine-du-Roy qui aura jusqu'au 31 mars 2016 pour accomplir son mandat.

En ce qui concerne l'avenir, il a rappelé que la Conférence régionale des préfets, un organisme en gestation, prendra la relève. Il avoue qu'à cette étape-ci des discussions, tous les violons ne sont pas encore accordés puisque les préfets et le maire Jean Tremblay n'ont pas les mêmes priorités. Il a dit espérer que l'évolution des discussions sera bénéfique en vue de la création d'un palier régional permanent de concertation et de développement.

M. Paradis a conclu en affirmant avoir toujours espéré ne pas être le dernier président de la CRÉ, sauf que les choix gouvernementaux en ont décidé autrement.

La disparition de la CRÉ met fin à une longue succession de structures régionales établie depuis les années 60 depuis l'adoption de la loi fédérale sur l'aménagement rural et le développement agricole (ARDA), la création du Conseil d'orientation économique du Québec (COEQ), la division en 1966 du territoire en 10 régions administratives et la régionalisation administrative suivie en 1970 de la création des Conseils régionaux de développement (CRD), du Conseil régional de concertation et de développement (CRCD) et de la CRÉ.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer