PFR demande une prolongation à FSC

Les dirigeants de Produits forestiers Résolu ont bon espoir d'avoir une... ((Archives))

Agrandir

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Les dirigeants de Produits forestiers Résolu ont bon espoir d'avoir une prolongation de la suspension temporaire de la norme FSC qui vient à échéance jeudi.

À quelques heures de la date limite, les éléments nécessaires à la récupération de la certification ne sont pas réglés, soit les discussions entre le gouvernement du Québec, et son négociateur Lucien Bouchard, ainsi que le plan de rétablissement du caribou forestier.

Mardi, le le chef de la réserve amérindienne de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, a annoncé par voie de communiqué qu'il entendait s'opposer à la ratification d'une entente sur la certification forestière. Devant l'impasse, les dirigeants de PFR ont donc approché le Forest Stewardship Council au cours des derniers jours pour demander une prolongation de la suspension temporaire, afin d'éviter une révocation définitive. «Normalement, c'est vers ça que ça se dirige», mentionne le porte-parole de PFR, Karl Blackburn. Il ajoute avoir reçu en fin de journée mardi un retour d'information de l'auditeur Rainforest alliance, exigeant deux choses. Premièrement, que ce soit la dernière demande en ce sens et qu'après avoir réglé les problématiques majeures (premières nations et caribou forestier) que l'entreprise procède à un audit général.

«Aujourd'hui, on est au même point que la semaine dernière. Par contre, avec la demande qu'on a faite auprès de Rainforest alliance et qui risque d'être acceptée, la prolongation de la suspension pourrait avoir une nouvelle échéance qui pourrait aller aussi loin qu'une autre année», explique Karl Blackburn qui après avoir pris connaissance du communiqué des Innus de Mashteuiatsh, pense que le noeud du problème est loin d'être réglé. «À la lumière de ce que je vois, demain matin, il n'y aura pas de règlement du conflit entre les premières nations et le gouvernement», pense le représentant de PFR.

«Le mandat de Monsieur Bouchard était de trouver une façon de régler le litige en cours. Force est de constater qu'on est pas là. Demander une prolongation d'une année, ce n'est pas mauvais. Ça va donner plus de temps au gouvernement de tenter de régler le litige», poursuit-il. Un an, c'est mieux que la situation dans laquelle on est à quelques heures de l'échéance. Maintenant, est-ce que ça va permettre de trouver des solutions, on va voir.»

Le mandat de Lucien Bouchard viendra également à échéance plus tard cette semaine. Selon les propos de Karl Blackburn, ce serait une bonne idée que M. Bouchard puisse demeurer à la table de négociations. «Si on était pas favorable à ça, on aurait pas demandé à FSC international et FSC Canada une prolongation de la suspension. On va voir ce que le gouvernement va décider, mais on ne peut pas décider pour le gouvernement, ni M. Bouchard», commente-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer