Festival des vins de Saguenay

La sommelière Harnois n'a que de bons mots

La sommelière Jessica Harnois a discuté avec le... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

La sommelière Jessica Harnois a discuté avec le conseiller Éric Lopez lors de son passage dans la région en octobre dernier pour la dégustation prestige de la Fondation de ma vie.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dominique Gobeil
Le Quotidien

Un événement haut en couleur et raffiné, une énergie et un esprit de fête qu'on ne retrouve nulle part ailleurs: la réputée sommelière Jessica Harnois n'a que des bons mots pour le Festival des vins de Saguenay, où elle sera aux côtés du porte-parole Philippe Lapeyrie pour une troisième année du 9 au 11 juillet.

«50 000 personnes dans les rues pour déguster du vin, je n'ai jamais vu ça», confie celle qui était justement en train de discuter du festival avec des amis dans la métropole lorsque Le Quotidien l'a jointe au téléphone. «Le fait que ce soit à cinq heures et demie de route de Montréal attire les vrais amateurs, les passionnés. C'est un happening, les gens se préparent aussi avec hâte pour les autres activités de la région, comme la pêche!»

Qualité des producteurs

La cosignataire de deux recueils sur les meilleurs vins souligne la qualité des producteurs et des agences présents. «C'est l'occasion pour leur parler, faire de belles découvertes et acheter des importations privées exclusives», croit Jessica Harnois, qui présentera sûrement au cours de la fin de semaine son jeu VEGAS.

Il a été créé pour son agence d'animation de soirées, Vins au féminin, où des sommelières et autres expertes du domaine partagent leurs connaissances aux convives sous un aspect plus ludique. «On n'est pas juste là pour parler. Ça permet d'apprendre beaucoup de choses sur le vin. Notre mission première est de rendre le tout accessible et amusant», explique Mme Harnois.

Une manière de démocratiser le vin qui s'accorde bien au festival saguenéen selon elle. «C'est le moment idéal pour les intéressés qui veulent s'initier et pour ceux avec leurs habitudes qui veulent découvrir du nouveau. Personne ne s'attend à ce que vous soyez un expert, si vous vous sentez intimidés!»

En tant que porte-parole des Vins du Québec, la sommelière a toujours été convaincue que les Québécois, à force d'aimer tellement le vin, finiraient par en faire du bon.

Elle estime que la province se distingue beaucoup avec les spiritueux et les cidres, en plus de produire d'excellents mousseux et de bons blancs.

«Évidemment, on ne peut pas tout faire de bien. Pour les rouges, ce sont encore de jeunes vignes, mais c'est de mieux en mieux», décrit Jessica Harnois, qui assure que le Saguenay-Lac-Saint-Jean n'a rien à enlever aux régions viticoles plus au sud grâce au bleuet qui fait d'excellents apéritifs une fois transformé en alcool.

«On a 12 500 produits au Québec, il ne faut pas penser qu'on va réaliser des vins européens demain, mais on peut être fier quand même. Ce n'est qu'un début!»

Celle qui dit avoir Éduc Alcool tatoué sur le coeur en profite pour rappeler que le festival n'est pas une beuverie et que la modération a bien meilleur goût. Jessica Harnois répondra avec plaisir aux questions, même s'il y en a un million, s'enthousiasme-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer