En route vers Calgary

Un pilote secouru près du réservoir Gouin

Un avion Hercules de Trenton et un Griffon... ((Archives))

Agrandir

Un avion Hercules de Trenton et un Griffon de Bagotville ont survolé le territoire pour finalement trouver l'ultraléger, un Challenger, vers 5h30.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un pilote de Calgary qui n'avait pas déposé son plan de vol et qui n'avait pas de balise de détresse avec lui a été pour le moins chanceux, hier. Après avoir dû amerrir sur un lac près du réservoir Gouin en raison d'un problème de moteur, il a été sauvé par les escadrons 439 de Bagotville et 424 de Trenton qui ont réussi à le localiser.

L'homme s'est rendu à Alma samedi afin d'acheter un avion ultraléger amphibien. Il a dit à sa conjointe à quel endroit il comptait dormir après sa première journée de vol. Il croyait pouvoir atteindre Calgary en quatre ou cinq jours. Or, la femme du pilote n'a plus eu de ses nouvelles par la suite. À 2h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche, elle a joint la base de Trenton, qui a immédiatement appelé l'escadron 439 de Bagotville.

«Le processus de recherche a été compliqué puisque l'on n'avait pas le plan de vol de l'homme, explique le capitaine de l'escadron 439, Steve Siket. L'homme ne répondait pas non plus à son cellulaire. On savait uniquement qu'il était parti d'Alma et on ne pouvait que déduire par où il allait passer.» Un avion Hercules de Trenton et un Griffon de Bagotville ont survolé le territoire pour finalement trouver l'ultraléger, un Challenger, vers 5h30.

«L'avion a été aperçu à 150 milles à l'ouest d'Alma. L'homme n'était pas blessé. Il s'était trouvé un abri avec un toit de taule et a passé la nuit là-dedans.» Le pilote, qui n'avait pas de balises de détresse, a agité un petit drapeau rouge pour démontrer sa présence. «Notre technicien de recherche et sauvetage s'est rendu au sol et a fait l'évaluation médiale, sans que nous atterrissions, explique Steve Siket. L'homme est remonté avec lui et nous nous sommes dirigés vers l'hôpital d'Alma.»

Le pilote de Calgary aurait, sans faire exprès bien entendu, accroché un interrupteur qui envoyait l'essence du réservoir au moteur. Il a donc dû planer puis atterrir en douceur sur le lac, sans moteur. «Le pilote n'est pas découragé de l'événement et compte faire réparer l'appareil, dont l'un des flotteurs a craqué quelque peu, pour retourner à Calgary.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer