Roi de la musique traditionnelle

Yves Lambert ne craint pas le changement

Le célèbre accordéoniste a joué plusieurs pièces revisitant... ((Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens))

Agrandir

Le célèbre accordéoniste a joué plusieurs pièces revisitant le répertoire de la musique traditionnelle québécoise, mais aussi des pièces de la Bottine souriante, groupe qu'il a fondé en 1976.

(Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Figure de proue de la musique traditionnelle québécoise, Yves Lambert est sans doute l'un des artistes les mieux placés pour animer la Fête nationale. Et l'ancienne tête d'affiche et fondateur de la Bottine souriante l'a encore prouvé, mardi, à Alma, à l'occasion de la Saint-Jean-Baptiste. Les centaines de personnes qui se sont déplacées au centre-ville, et ce, malgré un ciel incertain, ont tapé du pied au son de l'accordéoniste barbu et de ses musiciens.

Cette édition de la Fête nationale revêtait un caractère particulier pour Yves Lambert. Il y a 40 ans, presque jour pour jour, il est tombé en amour avec la musique traditionnelle québécoise.

« J'ai été transfiguré en 1975, au plus grand party que le Québec a connu sur le mont Royal. C'est à cette Saint-Jean-Baptiste que Gilles Vigneault avait chanté pour la première fois Gens du pays. J'ai passé cinq jours et cinq nuits là-bas. Et c'est pendant cette fête que j'ai joué un "reel" québécois pour la première fois. Parce qu'avant, je jouais du blues. Aujourd'hui (hier), ça fait 40 ans de ça, de cette Saint-Jean-Baptiste qui a été déterminante dans ma carrière », raconte Yves Lambert, dans une entrevue accordée au Quotidien, quelques minutes avant son entrée sur scène.

C'est en 1976 qu'il a fondé la Bottine souriante, un groupe culte qu'il a quitté à l'aube des années 2000. Avec ses acolytes du groupe Trio et d'autres musiciens, Yves Lambert est monté sur la scène à Alma mardi. Le groupe, qui a gagné le Félix du meilleur album traditionnel de l'année à l'ADISQ en 2012, a offert une interprétation personnelle et créative du répertoire traditionnel québécois. Mais malgré son départ de la Bottine souriante, l'imposant accordéoniste n'a pu passer à côté des classiques de son ancienne formation, dont la toujours aussi demandée, La Ziguezon Zinzon.

« C'est notre première prestation à cinq en vue de l'an prochain. C'est notre premier spectacle Lambert dans ses Bottines, en quelque sorte. Je prépare un show pour 2016, donc on est encore dans le laboratoire », explique l'artiste. S'il est le roi de la musique traditionnelle, Yves Lambert ne craint pas le changement. Son association récente avec SoCalled, un producteur, musicien, DJ, rappeur et auteur, pour le morceau Booty call le démontre. Une collaboration qu'il souhaite renouveler en vue d'offrir un nouveau son à la jeunesse du Québec.

« Mon but, c'est daller chercher les jeunes. C'est même un devoir. Et la musique québécoise, je l'ai virée de tout bord, tout coté. Donc, pour faire mon son hybride de la musique québécoise, j'ai trouvé mon alchimiste, SoCalled. Un génie des arrangements. Il a un respect de la tradition, mais il est complètement pété », décrit Yves Lambert.

Même s'il en est à sa énième Saint-Jean-Baptiste, Yves Lambert ne s'en lasse jamais. Au contraire, plus que jamais, les Québécois ont besoin de se rassembler pour fêter leur histoire, croit celui qui a appuyé Alexandre Cloutier dans la récente course à la chefferie du Parti québécois.

« On est dans une période où les gens doivent sortir, les gens doivent se rencontrer, briser la solitude. Il y a une urgence, car les gens ne sortent pas de leur bulle informatique, télévisuelle. Maintenant, c'est J'aime ou J'aime pas (faisant référence à Facebook). C'est quoi ça? Ça ne peut être noir ou blanc. Il faut discuter, il faut vraiment plus se "vouère". Et moi à soir (mardi), je viens "vouère" le monde d'Alma », exprime le chanteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer