Résolu présente sa position sur le caribou forestier

Les retraités joignent l'Alliance boréale

Le président de l'Alliance forêt boréale, Jean-Pierre Boivin,... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Le président de l'Alliance forêt boréale, Jean-Pierre Boivin, a dit souhaiter que son association regroupe le plus de Saguenéens et de Jeannois possible.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les retraités de l'industrie forestière entendent poursuivre les pressions auprès des gouvernements afin de s'assurer que le dossier du caribou forestier et les campagnes de Greenpeace ne nuiront pas aux emplois en forêt. Hier, lors d'une rencontre avec un ingénieur de Produits forestiers Résolu et avec le président de l'Alliance forêt boréale, plusieurs retraités ont signé leur carte de membre de l'Alliance.

« Bien entendu, tous ces dossiers nous touchent, a souligné le président de l'Association des retraités d'Abitibi-Consolidated (ARAC), Armand Gauthier. Nous sommes satisfaits de la participation de nos membres, puisque c'était une rencontre d'information où aucune décision n'était prise. Je trouve qu'il est important, individuellement, de devenir membre de l'Alliance. » Ils étaient 75 retraités de l'ARAC et de l'Association des retraités de Donohue, Abitibi-Consolidated et SFK (ARDAS) à la salle des Aînés de Jonquière, sur la rue des Pensées, hier.

Selon Marc Bédard, ingénieur forestiers pour PFR, la diminution du nombre de caribous forestiers sur certains territoires de coupes n'est peut-être pas uniquement causée par l'industrie forestière. « Il faut s'assurer que l'on a fait le tour de la question avant de fermer des villes et des villages. » Il a donné l'exemple de certains cheptels de caribous toundriques. Celui du lac Georges, par exemple, a vu sa population diminuer même s'il n'y a pas de coupe à cet endroit, a-t-il mentionné.

« Les conclusions alarmistes (de Greenpeace) ne tiennent aucun compte que 76 % de l'aire de répartition du caribou forestier est situé au nord de la limite nordique des interventions forestières. (...) Il est improbable que les activités d'aménagement forestier puissent mettre en péril le caribou au Québec, a affirmé hier Marc Bédard. Quand on se compare, nous sommes à peu près le système d'exploitation forestière le plus rigoureux au monde. C'est pour ça que vous, comme retraités, vous devez vous impliquer. Toutes les décisions gouvernementales ne sont pas finales et les pressions sont utiles. »

Alliance

À l'entrée de la rencontre, les gens étaient invités à inscrire leurs coordonnés afin de devenir membres de l'Alliance. PFR ne fait pas partie de l'Alliance, qui désire demeurer indépendante de toute entreprise. L'Alliance est née de la volonté d'élus de la région de promouvoir le développement lié à l'exploitation durable de la forêt boréale, en 2014.

« Est-ce encore permis aujourd'hui d'exploiter la forêt pour créer de la richesse dans nos municipalités? Quand vous me parlez de forêt, vous me parlez du plus important employeur de ma région », a affirmé, sous le regard approbateur des retraités, son président, Jean-Pierre Boivin.

M. Boivin a lui aussi souligné que « Greenpeace ne fait pas partie de la solution, mais plutôt du problème. »

PFR a perdu sa certification FSC, ce qui lui a fait perdre des clients importants, dont Best Buy et CVS. Greenpeace mène des campagnes auprès de ces clients afin qu'ils cessent de recourir aux produits de PFR tant que l'entreprise n'obtiendra pas de nouveau la certification. « Avant les activistes s'attachaient aux arbres, maintenant ils menacent les clients. C'est pour ça qu'il faut s'unir nous aussi », a estimé Jean-Pierre Boivin.

Une deuxième rencontre est prévue ce soir à 19 h à la salle Maria-Chapdelaine de l'Hôtel du jardin de Saint-Félicien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer