La mission du lieutenant-colonel Serge Lapointe

Contrer le harcèlement sexuel

Le lieutenant-colonel Serge Lapointe, natif d'Arvida.... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Le lieutenant-colonel Serge Lapointe, natif d'Arvida.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Un haut gradé militaire originaire de la région joue un rôle de premier plan dans la lutte contre le harcèlement au sein des Forces canadiennes. Depuis avril dernier, le lieutenant-colonel Serge Lapointe, natif d'Arvida, agit comme chef de cabinet pour l'équipe d'intervention stratégique sur l'inconduite à caractère sexuel.

L'équipe formée de militaires et de civils nécessitait l'implication d'un officier d'expérience, bilingue et provenant de l'armée régulière pour combler le poste de coordonnateur. La candidature de Serge Lapointe, membre du Royal 22e Régiment, s'est imposée. Le principal intéressé n'a pas hésité bien longtemps avant d'accepter ce défi proposé par l'État major. La nouvelle mission du Saguenéen contraste toutefois magistralement avec le travail qu'il a réalisé sur le terrain au fil des ans lors d'opérations en Bosnie, en Afrique ou en Afghanistan. C'est d'ailleurs le lt col Lapointe, alors commandant du camp canadien, qui a fermé la mission opérationnelle à Kandahar en 2011.

«Je suis toujours prêt pour un nouveau défi alors j'ai accepté. Surtout qu'il est question de créer une nouvelle structure qui n'existait pas avant et de changer une culture au complet», met en contexte Serge Lapointe. Le militaire se réjouit que le Canada soit désormais dans le peloton de tête des pays qui ont décidé d'agir pour contrer le harcèlement et la discrimination basée sur l'orientation sexuelle dans les Forces.

Changer Les Mentalités

Créer un environnement meilleur pour le personnel militaire et mettre en pratique les dix recommandations de l'ancienne juge de la Cour suprême Marie Deschamps font partie des objectifs que s'est fixés l'équipe dont fait partie Serge Lapointe. En avril dernier, le rapport Deschamps a mis en relief l'existence d'une culture militaire de sexualisation «hostile aux femmes et aux homosexuels».

Le lt col Serge Lapointe est conscient du travail à accomplir pour faire convaincre les militaires victimes de harcèlement de dénoncer. «Il y a tout un mouvement à travers les Forces et les gens veulent emboîter le pas. Le momentum est là et le message passe très bien. Ça prendra le temps que ça prendra, mais on va réussir à changer les choses», assure-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer