Institut canadien d'information sur la santé

Le bulletin des hôpitaux

Chicoutimi fait légèrement mieux que la moyenne québécoise... (- photo archives, le progrès-dimanche)

Agrandir

Chicoutimi fait légèrement mieux que la moyenne québécoise en ce qui concerne le nombre de réadmissions à l'hôpital moins de 30 jours après l'avoir quitté avec un taux de 7,8%. Pour l'ensemble de la province, la moyenne est de 8,4%.

- photo archives, le progrès-dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Quel est le niveau de sécurité, d'efficience, de pertinence et d'efficacité des établissements de santé de la région? Pour une troisième fois en trois ans, l'Institut canadien d'information sur la santé a mesuré différents éléments qui permettent de comparer les établissements de la région, de la province et du pays. Des données qui démontrent que la région ne se situe jamais bien loin de la moyenne québécoise.

L'Institut canadien d'information sur la santé a rendu publiques la semaine dernière de nouvelles données. Les statistiques sur les différents établissements de santé ont été compilées en 2013-2014, donc avant la création du CIUSSS.

Dépenses administratives

En ce qui concerne les dépenses administratives, incluant le salaire de la direction générale, des ressources humaines, du département des finances et du département des communications, l'hôpital de Chicoutimi se démarque, avec un taux de 3,9%. Alma enregistre un pourcentage de 4,3 et Roberval 5,6. Pour l'ensemble du Québec, on parle d'un taux de 4,3%.

«Personne ne pourrait accuser l'hôpital de Chicoutimi d'exagérer dans ses dépenses administratives», affirme Claude Lemay, porte-parole de l'Institut canadien d'information sur la santé.

«Par ailleurs, les hôpitaux plus petits ont des dépenses plus élevées puisque certains coûts ne peuvent être comprimés dans un petit hôpital. Ça prend tout de même un directeur général par exemple», précise-t-il.

Coût d'un séjour

Le coût d'un séjour à l'hôpital de Chicoutimi (4474$) se situe près de la moyenne provinciale (4885$). Il est toutefois moins élevé que dans l'ensemble du Canada (5632$). «Au Québec, le salaire des infirmières, notamment, est plus bas qu'ailleurs au Canada. Ça explique entre autres cette différence avec le reste du pays», explique M. Lemay.

Les sepsies

Le nombre de sepsies à l'hôpital (réaction grave du corps à une infection qui peut être ou non contractée à l'hôpital) est de 6,8 cas sur 1000 à l'hôpital de Chicoutimi. Un nombre plus élevé que pour l'ensemble de la région (5,1) ou du Québec (3,8).

Le taux dans les hôpitaux du Canada de même grosseur est de 3,8 pour 1000.

«Comme à Chicoutimi le taux est plus haut qu'ailleurs, le risque de décès était aussi plus élevé. Par contre, on ne peut affirmer que le nombre de cas est directement lié à l'établissement. Certains patients arrivent à l'hôpital avec une infection.»

«À La Baie, le taux est encore plus élevé, à 7,6 sur 1000. Mais plus un hôpital est petit, moins les chiffres sont révélateurs», explique Claude Lemay.

traumatismes obstétricaux

Le nombre de traumatismes obstétricaux lors d'un accouchement qui requiert l'utilisation d'instruments (forceps, pinces ou ventouses) est de 31,2% à Chicoutimi.

Il est de 29% pour l'ensemble du Québec et de seulement 18,9% au Canada. «Au Québec, les lois sont plus sévères que dans les autres provinces du pays. Dès qu'il y a le moindre traumatisme, on doit le rapporter.»

Réadmissions

En ce qui concerne les réadmissions à l'hôpital moins de 30 jours après l'avoir quitté, Chicoutimi fait légèrement mieux que la moyenne avec un taux de 7,8%. L'ensemble de la région, avec un taux de 8,1%, se situe dans la moyenne provinciale qui affiche un taux de 8,4%. Au Canada, le taux est de 8,9%.

Les décès

Dans la région, seul l'hôpital de Chicoutimi possède des données en ce qui concerne le nombre de décès à l'hôpital. «Les chiffres sont obtenus en comparant le nombre de décès survenus avec le nombre de décès qu'on aurait pu attendre selon les cas admis. Avec 75 sur 100 à Chicoutimi, c'est plus bas que la moyenne québécoise et canadienne. Ça signifie qu'il y a moins de morts que ce qu'on aurait pu prévoir dans ce type d'hôpital.»

Pour l'ensemble du Québec, on parle de 80.

Finalement, à Chicoutimi, le taux de décès suite à une opération majeure comportant certains risques est de 2,2%.

«Ce n'est pas énorme, mais c'est tout de même un peu plus élevé que dans l'ensemble du Québec où on parle plutôt de 1,5%», souligne M. Lemay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer