Spectacle aérien international de bagotville

70 000 spectateurs conquis

Le spectacle aérien international de Bagotville a fracassé... (- Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le spectacle aérien international de Bagotville a fracassé son record de 2013 avec un mur de feu d'une longueur de 6100 pieds.

- Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Les Saguenéens et les Jeannois ont eu droit à une journée mémorable, hier, à La Baie. Environ 70 000 personnes ont franchi la guérite de la base militaire régionale afin d'assister à l'édition 2015 du Spectacle aérien international de Bagotville (SAIB).

Tous les éléments étaient réunis pour faire de l'événement bisannuel une réussite sur toute la ligne. Il faisait beau, mais pas trop chaud, et le vent a soufflé juste assez pour rafraîchir les amateurs d'avions et de sensations fortes, réunis par milliers aux abords de la piste d'atterrissage de la 3e Escadre.

Dès 10h, les gens affluaient sur le périmètre de la base. La circulation automobile était d'ailleurs ralentie par la présence d'une longue lignée de véhicules en provenance de l'autoroute 70. Beaucoup de gens de la région, mais aussi de l'extérieur. Les propriétaires d'environ 500 véhicules récréatifs avaient pris soin de réserver un terrain pour la fin de semaine.

Sur le coup de 11h, le vrombissement des premiers CF-18 s'est fait entendre. Les bouchons étaient de mise tellement le niveau de décibels a explosé. Les premières vrilles des avions de chasse et l'entrée en scène des hélicoptères Griffon de l'Escadron 439 de recherche et sauvetage ont mis la table à un exercice de démonstration d'une attaque interarmée. C'était la première fois que le Spectacle aérien offrait une simulation aussi empreinte de réalisme d'une opération militaire impliquant les forces aériennes et terrestres. Pour ce faire, des soldats du 5e Groupe brigade mécanisée du Canada (GBMC) à Valcartier ont été mis à profit, de même que des véhicules blindés du Royal 22e Régiment. La situation s'est rapidement corsée, avec l'avancement de la menace ennemie. C'est à ce moment que les CF-18 ont crevé le ciel et sont arrivés en renfort.

Malgré la présence d'écrans géants, les corps se sont vite agglutinés près des clôtures de sécurité pour tenter le plus possible d'assister aux événements depuis les premières loges.

Mur de feu

L'opération militaire a culminé avec l'un des moments forts du spectacle aérien: le traditionnel mur de feu. L'organisation a fracassé un record cette année, avec une explosion qui s'est échelonnée sur une distance de 6100 pieds, soit 1000 pieds de plus qu'en 2013. L'explosion a mis tous les photographes présents, amateurs et professionnels, sur le qui-vive. C'était la course au meilleur cliché. L'activité sera de retour aujourd'hui et le record devrait tomber aussitôt.

Le mur de feu ne jouirait pas d'une telle notoriété sans l'implication d'April Zalesky, une spécialiste en pyrotechnie et en explosions originaire de la région de Vancouver. Épaulée de l'officier de projets en ingénierie à Bagotville, le capitaine Raymond Maurice, la spécialiste a travaillé à la mise en place du dispositif toute la semaine.

«Je suis tombée en amour avec les spectacles aériens quand j'étais toute jeune. J'ai obtenu ma licence de pilote et j'ai commencé à ''faire sauter des choses'' il y a plus de 20 ans pour l'industrie du cinéma», raconte la dame, dont l'entreprise AV8FX fait partie du club sélect des cinq compagnies au monde spécialisées dans ce domaine. Environ 610 bidons de 3,8 litres d'essence reliés à un détonateur ont provoqué la spectaculaire explosion. La base a dû se procurer 4574 litres de carburant pour les effets spéciaux offerts tout au long de la fin de semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer