Employés de Rio Tinto Alcan (RAPRTA)

Le régime de pension inquiète

Le président du Syndicat national des employés de... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Alain Gagnon.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Gobeil
Le Quotidien

Les 802 personnes présentes mercredi soir à l'assemblée générale du Régime agréé de pension Rio Tinto Alcan (RAPRTA), un des plus hauts taux de participation enregistrés, indiquent clairement que les préoccupations des membres actifs et des retraités sont grandes en cette période de négociations.

Les pourparlers avaient été interrompus en septembre lorsque les demandes patronales avaient été déposées sur la table, mais ils ont repris lundi. Les inquiétudes partagées lors de la rencontre de mercredi, par rapport aux congés de cotisation par exemple, ne sont donc peut-être plus l'objet des discussions à l'heure actuelle.

La question du financement du régime est quant à elle très d'actualité, selon le directeur régional de la FTQ et ancien président du syndicat des Métallos de l'Usine Alma de RTA, Marc Maltais, en raison du projet de loi 57 « modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite principalement quant au financement des régimes de retraite à prestations déterminées » présenté à l'Assemblée nationale le 11 juin.

Avec ce projet, le financement des régimes sera axé sur la capitalisation au lieu de la solvabilité. « On est encore en mode débroussaillage, car c'est assez complexe et ça va changer les règles. On a vu dans le secteur public que ça a restreint les droits, on espère que ce sera différent au privé », exprime le président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Alain Gagnon.

En ce qui concerne les négociations, M. Gagnon est inflexible: « On veut garder nos prestations déterminées et pouvoir garantir la rente lors de la retraite. On ne veut pas des cotisations déterminées (formule de Réer où le montant n'est pas garanti) comme c'est en train de se faire dans les secteurs manufacturiers et publics. C'est un monde de différences. »

Le président syndical a aussi été élu au comité de gestion de la caisse du RAPRTA par l'ensemble des syndiqués et des retraités, ce qui a été annoncé lors de l'assemblée. Un bilan du régime a été présenté.

« Avec 6000 bénéficiaires inactifs et 4000 membres actifs, on peut voir que la charge financière est assez grande, fait part Marc Maltais. Ça fait partie des enjeux amenés sur la table. Les syndicats et la compagnie regardent les pistes de solutions, car il y en a. »

Le directeur régional de la FTQ croit que les membres sont unis derrière les syndicats, soit la CSN, les Métallos et Unifor, durant les négociations, comme le montre leur grande participation à l'assemblée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer