Parité hommes-femmes

Un groupe exige une législation

Les conseillères municipales Josée Néron, de Saguenay et... ((Photo le Quotidien, Laura Lévesque))

Agrandir

Les conseillères municipales Josée Néron, de Saguenay et Françoise Bergeron, de Dolbeau-Mistassini, invitent la population à signer le manifeste.

(Photo le Quotidien, Laura Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Une trentaine de femmes élues et influentes de la région demandent au gouvernement de légiférer pour corriger le déséquilibre paritaire des instances du Québec. Dans un manifeste dévoilé hier, à Alma, ce groupe, comptant notamment des mairesses, des conseillères et des administratrices, s'inquiète d'une lente diminution du pouvoir féminin dans ces organisations publiques.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean se classe en effet dans les derniers rangs en ce qui concerne le nombre de femmes siégeant aux conseils municipaux. En 2015, il n'y a également aucune femme représentant la région à la Chambre des communes et à l'Assemblée nationale.

Ce déficit démocratique prendra de l'ampleur avec les récentes restructurations des instances de gouvernance locale et régionale. Le groupe pointe notamment l'abolition de la Conférence régionale des élus qui sera remplacée par la table des préfets, formé uniquement d'hommes.

« On se rend compte que c'est un "boys club". Il n'y a aucune femme qui va siéger. Et la loi 28 va donner plus de pouvoir à cette table. On va donc prendre des décisions pour une population composée d'hommes et de femmes, mais uniquement entre hommes. Ce qu'on lève, c'est un drapeau. On demande au gouvernement de prévoir des façons de faire pour s'assurer qu'au sein de ces instances, où des décisions importantes sont prises pour une région entière, il y ait parité », réclame l'une des porte-parole du groupe, la conseillère municipale de Saguenay, Josée Néron.

Pour éviter que cette nouvelle table reste dans les mains d'hommes, le groupe réclame de rendre obligatoire l'élection au suffrage universel de tous les préfets des MRC, et ce, dès le prochain scrutin de 2017. Une élection s'impose aussi en raison des nouveaux pouvoirs détenus par cette table.

« Ce sont les maires qui décident entre eux qui sera préfet. L'élection obligatoire ouvrirait la porte à des femmes. Parce que la proportion des femmes, c'est six mairesses sur 49 maires. Si ces gens-là s'élisent entre eux, les femmes ont moins de chance d'atteindre ce poste-là », pointe la conseillère municipale de Dolbeau-Mistassini, Françoise Bergeron.

L'élection du préfet n'engendrera peut-être pas plus de candidatures féminines, admet Mme Néron. C'est pourquoi le manifeste suggère aussi au gouvernement de maintenir et assurer le financement de programmes en appui aux femmes qui veulent se porter candidates.

« D'emblée, les femmes, naturellement, ne se proposent pas. D'où l'importance d'avoir des programmes épaulant les femmes. On en a toutes profité et ça nous a grandement aidées. Maintenant, le choix reviendra à la population », répond la conseillère.

Selon les deux porte-parole, la sensibilisation et les encouragements ne suffisent pas. Une législation est nécessaire pour en arriver à la parité dans les lieux décisionnels. Les femmes demandent au gouvernement d'étendre la loi sur la parité qui existe déjà dans les sociétés d'État et qui a été annoncée pour la formation des nouveaux conseils d'administration des CISSS et CIUSSS.

Le manifeste écrit par des gens de la région a été dévoilé au lendemain de l'annonce d'un nouveau mouvement québécois pour l'égalité des femmes, présenté notamment par l'ex-ministre Lise Payette. Les deux sorties n'ont rien à voir, mais le groupe de femmes de la région compte bien contacter le nouveau collectif pour faire part de ses demandes.

La population est invitée à lire et signer le manifeste en se rendant sur le site de l'organisme Récif 02.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer