Coordonnatrice scientifique d'Ecogene-21

Diplômée de Harvard

La coordonnatrice scientifique d'Ecogene-21, Diane Brisson, a récemment... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

La coordonnatrice scientifique d'Ecogene-21, Diane Brisson, a récemment décroché un diplôme de la prestigieuse Université Harvard.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La coordonnatrice scientifique d'Ecogene-21, Diane Brisson, a décroché un diplôme de la prestigieuse Université Harvard.

Cette formation d'un an lui permettra de mieux conduire les études menées par le centre d'études cliniques, dont l'expertise est sollicitée de plus en plus sur la scène mondiale.

Ecogene-21, qui travaille étroitement avec la biobanque de Génome Québec à Chicoutimi, avait octroyé l'an dernier une bourse à Diane Brisson pour qu'elle puisse faire partie de la deuxième cohorte de ce nouveau programme. Le Global Clinical Scholars Research Training Program a rassemblé 150 chercheurs et médecins des quatre coins du globe.

Ecogene-21 souhaite ainsi outiller son équipe qui est de plus en plus sollicitée à l'international. Un autre membre de l'équipe débutera d'ailleurs prochainement une maîtrise en gestion des biobanques à l'Université de Lyon.

«En 2012, nous avons eu la première thérapie génique occidentale. Le seul site à coordonner l'étude dans le monde est Chicoutimi, mentionne la coordonnatrice, en entrevue téléphonique. Nous avons plusieurs demandes pour répliquer notre modèle. Plusieurs compagnies pharmaceutiques nous contactent concernant la planification d'études cliniques.»

Programme exigeant

Les candidats sélectionnés par l'université ont pris part à trois rencontres, deux à Londres, en juin et en décembre 2014, tandis que la dernière s'est déroulée à Boston récemment. «Des équipes de 10 étaient formées, et nous devions ensuite prévoir des rencontres via Internet pour faire le suivi des travaux à remettre une fois que nous retournions dans nos pays», indique Mme Brisson.

Des cours devaient aussi être suivis à distance. La dernière année a été passablement chargée pour la chercheuse qui continuait de coordonner Ecogene-21 tout en suivant le programme d'études.

«C'est un programme exigeant: dès le premier examen, nous savions que 10% des personnes seraient exclues. Mais nous n'avons jamais eu nos résultats, ils ne sont pas dévoilés», ajoute Mme Brisson, qui a maintenant son diplôme en main.

Les équipes formées au début du programme ont été remaniées quelques mois plus tard pour lancer un nouveau défi aux participants.

«C'est un programme très novateur qui se base sur le principe d'apprentissage mixte qui nous demandait de s'adapter au changement pour développer notre leadership et notre capacité de gérer une équipe», explique-t-elle.

Le programme vise aussi à permettre à terme aux chercheurs de mieux conduire des études, penser des protocoles, interpréter et analyser des données.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer