Après s'être placée sous la loi sur les arrangements avec les créanciers

De nouveaux contrats pour Remac

La directrice adjointe de Remac, Vanessa Poulin.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La directrice adjointe de Remac, Vanessa Poulin.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le nuage noir qui planait au-dessus de la firme Remac innovateurs industriels depuis quelques semaines se dissipe. L'entreprise vient d'obtenir plusieurs nouveaux contrats, ce qui nécessite l'embauche d'employés supplémentaires.

Il y a quelques jours, Remac a lancé un appel sur sa page Facebook, invitant les soudeurs, les monteurs et les manoeuvres à soumettre leur candidature.

«Urgent besoin d'employés. Nouveaux contrats. Livraison rush! (sic)», pouvait-on lire sur la page de l'entreprise. Directrice générale adjointe, Vanessa Poulin confirme que des contrats obtenus à Saint-Félicien, à Québec et dans le Nord du Québec font en sorte que la compagnie est activement à la recherche de main-d'oeuvre qualifiée.

«Ce sont des contrats qui totalisent plusieurs centaines de milliers de dollars. À Saint-Félicien, par exemple, nous allons fabriquer des quais et des atténuateurs de vagues. À Québec, nous avons eu plusieurs contrats d'envergure pour des passerelles, des garde-corps, des gardes de sécurité. Nous ferons aussi des travaux d'entretien et certaines réparations de buts de hockey et de soccer et de patinoires», commente Vanessa Poulin.

Récemment, Remac a dû se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers. Les déboires financiers de l'entreprise qui a pignon sur rue à Jonquière ont été causés par le refus de la Ville de Saint-Eustache de payer pour certains ajouts au contrat de construction d'un pont. Le 3 juin, le juge Roger Banford de la Cour supérieure du Québec a autorisé l'assureur de Rémac à lui fournir un financement temporaire de 1,5 million $ pour terminer les travaux du pont Corbeil et assurer son fonds de roulement.

La directrice adjointe se réjouit évidemment de l'octroi de nouveaux contrats. Huit personnes viennent de joindre la cinquantaine d'employés en place. L'entreprise en cherche d'autres, particulièrement des monteurs d'expérience, et croit être en mesure de les garder pour au moins un an, sinon plus longtemps.

«On est très encouragés de voir que les gens veulent faire affaire avec nous. On semble assister à une petite relance de l'économie régionale et ça fait vraiment du bien», note Vanessa Poulin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer