Rue Saint-Clément à jonquière

Une maison incendiée gâche le voisinage

Un incendie a ravagé le 3875 Saint-Clément en... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Un incendie a ravagé le 3875 Saint-Clément en 2012. L'immeuble est à l'abandon depuis.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Une propriété ravagée par un incendie en 2012 et laissée à l'abandon depuis les événements mine le paysage de la rue Saint-Clément, à Jonquière. Si bien que Saguenay pourrait ordonner la démolition de l'immeuble.

L'incendie a laissé le 3875 dans un bien piètre état. Depuis, aucun effort de rénovation ou de protection du bâtiment n'a été déployé par le propriétaire. Les autorités s'inquiètent également du fait qu'un bâtiment accessoire, le 3877, et le terrain de la maison incendiée sont utilisés à des fins commerciales sans autorisation.

La Ville s'est appuyée sur les articles 55, 56 et 57 du Règlement de construction VS-R-2012-5 et a acheminé plusieurs avis écrits au propriétaire, le sommant de procéder à des travaux de réfection ou d'entretien le plus rapidement possible. Rien n'a bougé, en dépit de nombreuses visites d'inspecteurs, lesquels ont parfois senti le besoin d'être accompagnés de policiers. La bâtisse est jugée dangereuse et des plaintes ont été formulées par des citoyens du quartier Saint-Laurent.

Mandat

Une firme d'évaluation vient donc de recevoir le mandat de vérifier si l'immeuble a subi une dépréciation de plus de 50 pour cent de la valeur inscrite au rôle d'évaluation. Si c'est le cas, le service des affaires juridiques pourra entamer des procédures au terme desquelles la démolition sera exigée, aux frais du propriétaire.

La maison est au nom de Nancy Côté. La dame ne l'habite plus depuis longtemps, mais vit juste en face. C'est son ex-conjoint, Serge Gagnon, qui a pris possession des lieux. Il détient une entreprise oeuvrant dans le domaine de la construction. Le terrain avant a été clôturé dans le but de masquer ce paysage désolant. Des équipements ont été entreposés sur le terrain. Nancy Côté possède plusieurs immeubles dans le secteur et se dit exaspérée par cette situation qui perdure depuis maintenant trois ans. Elle a décliné l'entrevue parce qu'elle et son ex-conjoint sont en conflit et leur dossier se trouve devant les tribunaux. Nancy Côté s'est toutefois réjouie d'apprendre que des démarches ont été entreprises par la Ville.

Des voisins rencontrés sur les lieux ont eux aussi fait part de leur lassitude et de leur désir de voir les vestiges rasés.

Sylvie Gaudreault sur le dossier

Conseillère municipale responsable de ce secteur et membre du comité exécutif de Saguenay, Sylvie Gaudreault est bien au fait du dossier. Elle explique que cette situation a donné du fil à retordre aux autorités municipales, vu le litige qui oppose les ex-conjoints.

«On est dans le dossier depuis 2012. On est bien conscients que ce n'est pas plaisant pour les gens du secteur. C'est un dossier litigieux parce qu'habituellement, les choses faciles, on les règle vite. On a pris des actions et maintenant, on est rendus au juridique», explique la conseillère, qui convient que cette situation «n'a pas de bon sens». La conseillère s'attend à ce que le dossier culmine bientôt.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer