Amélie Grégoire à Canal Vie

La reine des coupons

Amélie Grégoire fait du couponnage depuis trois ans.... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Amélie Grégoire fait du couponnage depuis trois ans. Elle a été sélectionnée pour participer à une nouvelle émission sur le sujet qui sera diffusée à Canal Vie à l'automne.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Amélie Grégoire a plusieurs principes en matière de consommation. Elle n'achète rien qui coûte plus de 2$, ne paie jamais un article à prix régulier et refuse de débourser pour un tube de pâte à dents. La jeune femme de 18 ans pratique le couponnage depuis trois ans. Une passion qui lui permettra de participer à une nouvelle émission diffusée l'automne prochain à Canal Vie.

Amélie Grégoire l'admet d'emblée, elle est carrément accro au couponnage, une pratique qui consiste à amasser des coupons-rabais afin d'économiser le plus possible sur les achats. «C'est ma drogue. Je ne fume pas, je ne bois pas, mais je couponne au max.»

La passion d'Amélie est née par hasard. «Ma petite soeur écoutait des émissions de couponnage et elle n'arrêtait pas d'en parler. J'ai voulu lui prouver que ce n'était pas possible de faire du couponnage et d'économiser autant à Saguenay. Je n'ai pas été capable de décrocher depuis», explique-t-elle.

Chaque semaine, elle investit une cinquantaine d'heures pour parcourir les circulaires et les commerces à la recherche de coupons.

Elle estime que l'investissement en vaut le coup. «Une facture qui monte à 100$ me coûte environ 8$», affirme-t-elle. «J'économise souvent entre 90% et 98%.»

Amélie ne débourserait jamais plus de 1,50$ pour 16 rouleaux de papier de toilette, ou plus de 50 sous pour son shampooing.

La jeune femme habite un 2 1/2. Le salon lui sert d'entrepôt. «Si je veux écouter la télévision, je dois m'accoter sur des bouteilles de savon à linge et des boîtes de papiers mouchoirs», affirme-t-elle en riant.

«Ma réserve déborde», affirme celle qui évalue son contenu à quelque 10 000$. «J'ai même une cinquantaine de pots de moutarde même si je n'aime pas ça.»

Plusieurs fois par semaine, elle se déplace dans les commerces avec ses quatre cartables remplis de coupons. Certaines caissières connaissent bien la jeune femme. «Parfois, elles ouvrent une caisse pour moi. À certains endroits les gens sont très gentils, à d'autres endroits, c'est plus difficile.»

Lorsqu'un client patiente derrière elle à la caisse, la couponneuse se fait un plaisir de lui faire profiter de ses coupons.

«Après ma commande, je lui offre un produit ou encore je me place à côté de la personne et en regardant son panier, je lui offre des coupons pour économiser. Dernièrement, la dame qui patientait derrière moi a économisé 40$.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer