Fil téléphonique volé à Lamarche

Des citoyens à bout de patience

La quiétude qu'offre l'endroit ne devrait pas ouvrir... (- photo le progrès-diamche, gimmy desbiens)

Agrandir

La quiétude qu'offre l'endroit ne devrait pas ouvrir la porte pour le vol de fil de léléphone pour son cuivre, selon un résident du secteur, Daniel Duchaine.

- photo le progrès-diamche, gimmy desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Marcoux
Le Quotidien

Les résidents de l'Île- à-Nathalie à Lamarche ont eu une bien mauvaise surprise, mardi soir. Pour la seconde fois en deux ans, des ravisseurs ont volé une section de fil téléphonique pour le cuivre, privant ainsi 36 résidences du service téléphonique pendant près de 48 heures.

Comme le service cellulaire ne fonctionne pas partout à Lamarche, la ligne téléphonique coupée prive donc les résidents de toute communication. Cela inquiète la population touchée, puisqu'en cas d'urgence, ils ne sont pas en mesure d'obtenir l'aide nécessaire.

«C'est vraiment inquiétant et tannant pour nous, s'exclame un résident du secteur qui préfère garder l'anonymat par crainte de représailles. S'il y a le feu, on est pris au piège, puisqu'on ne peut pas communiquer.»

Quelques habitants de l'Île- à-Nathalie en ont rat le bol. Ils ont fait savoir que c'est la deuxième fois en autant d'années qu'un vol de fil téléphonique survient. Selon eux, cette fâcheuse situation risque de se reproduire dans un futur rapproché. Selon les informations recueillies par Le Progrès-Dimanche, le prix pour du cuivre est d'environ trois dollars la livre sur le marché. Le prix peut augmenter légèrement selon la qualité du produit. «C'est certain qu'on va revivre ça encore, de croire un habitant de l'Île-à-Nathalie. C'est payant pour eux et cela se fait en 15 minutes. Pour régler le problème, il faudrait que le fil soit souterrain, sinon ça va se refaire, c'est certain, car nous restons dans un coin isolé.»

Contrer le fléau

Pour le président de l'association des résidents de l'Île-à-Nathalie, Daniel Duchaine, il est inconcevable que son secteur continue de subir ce qu'il qualifie d'un «fléau». Selon lui, Bell devrait installer la fibre optique. Ainsi, ce genre de vol ne devrait plus se reproduire.

«Le technicien de Bell m'a dit que cela devait être un réseau du crime organisé qui a fait ça pour être aussi efficace, souligne Daniel Duchaine en entrevue téléphonique. C'est stupide et mal intentionné. En 2015 nous ne devrions plus avoir à faire face à ce genre de situation. C'est dangereux et cela n'a aucun bon sens!»

Daniel Duchaine essaiera de contacter Bell dans les prochains jours. Il souhaite discuter avec l'entreprise pour trouver une façon de mettre un terme une fois pour toutes à ce problème. Selon lui, la quiétude qu'offre le secteur à Lamarche ne devrait pas ouvrir la porte à des actes criminels plus qu'ailleurs.

«Nous ne devons plus écoper pour notre choix de vivre en villégiature, c'est incroyable que cela se produise encore aujourd'hui!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer