Étude sur l'Industrie du cinéma dans la région

25 M$ de retombées en cinq ans

Une firme de consultants s'est penchée sur les... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Une firme de consultants s'est penchée sur les retombées économiques sur l'industrie du cinéma en région. Le rapport de 72 pages recommande que l'industrie bénéficie de plus de leviers financiers et de programmes de soutien.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Entre 2009 et 2014, l'industrie du cinéma au Saguenay-Lac-Saint-Jean a engendré des dépenses directes de 8,8 millions$ et des retombées évaluées à environ 25 millions$.

La production de courts-métrages représente un levier économique important et pour chaque dollar investi, les retombées sont estimées à 2,05$. C'est supérieur au 1,10$ en retombées évaluées pour les longs-métrages.

Ces chiffres sont contenus dans une étude colligée par une firme spécialisée, à la demande de Saguenay. Désireuse d'obtenir un portrait de situation précis et de connaître les retombées économiques potentielles du secteur du cinéma et du numérique, la Ville a octroyé un mandat aux consultants Trigone en janvier dernier. Un rapport de 72 pages vient tout juste d'être déposé. Cette démarche fait suite à la réalisation, par le milieu du cinéma, d'un plan d'action concerté s'échelonnant sur une période de cinq ans, lequel identifie une poignée d'actions à poser afin de soutenir l'industrie.

Sans surprise, les recommandations concernent, au premier chef, la mise en place d'incitatifs financiers, particulièrement pour la réalisation de courts-métrages, un créneau reconnu comme une force à Saguenay grâce à la notoriété acquise au fil des ans par le festival Regard.

«Notre étude nous amène à conclure que, pour capitaliser sur ce format de production cinématographique, il importe de le soutenir financièrement et de façon significative, et ce, pour un certain nombre de projets annuels. Il est proposé que chaque projet retenu à de fins de financement obtienne une aide au démarrage de 10 000$», peut-on lire dans l'étude. Si un budget annuel de 100 000$ était consacré à ce créneau, dix productions pourraient voir le jour dans un horizon de trois à cinq ans. Les dépenses directes seraient de 1,4 million$ et les retombées pourraient atteindre 2,8 millions$.

Autres propositions: centraliser l'administration de toutes les sommes accordées pour éviter le saupoudrage de subventions, créer des occasions de rencontres, stimuler l'émergence de nouveaux projets et développer les compétences et le parc d'équipements spécialisés de même que le soutien technique. Enfin, l'étude sur l'industrie du cinéma recommande que soient mis en place des formations de perfectionnement et des stages. Elle suggère aussi que soit instauré un service d'expert-conseil privilégiant le «coaching» et le mentorat dans la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer