RTA réalisera des études pour 6,3 M$

Rio Tinto Alcan investit 6,3 millions $ afin... ((Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais))

Agrandir

Rio Tinto Alcan investit 6,3 millions $ afin d'assurer la pérennité de l'Usine Vaudreuil, seule raffinerie d'alumine en Amérique du Nord.

(Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rio Tinto Alcan met en branle une série d'études visant à prolonger la durée de vie de la raffinerie d'alumine Vaudreuil, qui emploie près d'un millier de travailleurs.

Construite en 1936, l'infrastructure du Complexe Jonquière fait face à un important défi technique alors que son site d'entreposage des résidus de bauxite devrait atteindre sa pleine capacité en 2022.

Vendredi, c'est en compagnie du directeur de l'usine, Jean-François Nadeau, que le chef des opérations de Rio Tinto Alcan - Métal primaire pour l'Amérique du Nord, Étienne Jacques, a réitéré l'urgence de la situation et la volonté de la compagnie de poursuivre ses opérations au-delà de cette date butoir. Aussi a-t-il annoncé un investissement de 6,3 millions $ destinés à la réalisation d'études sur la question.

Entre autres solutions potentielles, l'agrandissement de l'actuel site d'entreposage sera analysé. À l'heure actuelle, le lac de boue rouge, tel qu'on le surnomme communément, est séparé des quartiers résidentiels par une zone tampon de 500 mètres.

Selon Étienne Jacques, l'expansion au-delà de cette frontière, via un programme d'acquisition de propriétés environnantes, n'est pas exclue.

La création d'un nouveau lieu, en périphérie, sera également envisagée pour dénouer l'impasse.

Le site d'entreposage des résidus de bauxite s'étend sur une superficie de quelque 200 hectares. Or, la technologie permet aujourd'hui de déshydrater les matières de façon beaucoup plus efficace et ainsi, d'en réduire le volume brut. En ce sens, Rio Tinto pourrait composer avec une aire beaucoup moins vaste que celle qui est utilisée en ce moment.

En 2014, c'est plus de 1,5 million de tonnes d'alumine qui ont été produites à Vaudreuil, soit 70 % des besoins de l'ensemble des usines d'électrolyse du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour chaque tonne d'alumine, il faut une quantité deux fois plus importante de bauxite. Celle-ci provient de la Guinée et de l'Australie et est donc acheminée par voie maritime.

Vaudreuil est la seule raffinerie d'alumine en Amérique du Nord et l'une des dernières sur la planète à ne pas être construite à proximité d'une mine de bauxite. La performance des travailleurs a maintes fois été vantée par la compagnie pour justifier sa pérennité. Encore vendredi, la direction de Rio Tinto Alcan mentionnait, par le biais d'un communiqué : «L'Usine Vaudreuil est la meilleure usine au monde en termes d'émissions de gaz à effet de serre et est en deuxième position mondiale en ce qui concerne l'efficacité énergétique.»

mst-Hilaire@lequotidien.com

Vaudreuil est la seule raffinerie d'alumine en Amérique du Nord et l'une des dernières sur la planète à ne pas être construite à proximité d'une mine de bauxite. La performance des travailleurs a maintes fois été vantée par la compagnie pour justifier sa pérennité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer