Incendie à la Villa St-Alexis

Quarante aînés doivent être évacués

Trois casernes de pompiers ont été appelées pour... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Trois casernes de pompiers ont été appelées pour se rendre sur les lieux. Le feu a été rapidement maîtrisé.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dominique Gobeil
Le Quotidien

L'incendie dans l'entretoit de la Villa St-Alexis, à La Baie, hier après-midi, a causé plus de peur que de mal aux quelque 40 personnes âgées semi-autonomes qui ont dû être évacuées.

«C'est une belle farce, ça, raconte l'ancien pompier de 87 ans Clément Riverin. J'ai travaillé 40 ans à l'usine Port-Alfred. Il y a des hommes qui tombaient inconscients à cause du souffre et des produits. Ce qui est arrivé aujourd'hui, il n'y a rien là. Au moins, ça m'a fait faire de l'exercice.»

Le retraité, encore bien en forme, fait partie de l'aile en cours de rénovation qui a été évacuée. La nouvelle partie est quant à elle séparée par un mur coupe-feu. Plus curieux que ses voisins de la résidence, assis sur des chaises de patio à l'extérieur, il s'est approché le plus près possible pour observer le travail des pompiers.

La maîtrise de l'incendie n'a pas été trop longue, selon le chef des opérations Yanick Bouchard. Lors de l'arrivée de la première caserne vers 3 h 20, les flammes n'étaient déjà plus apparentes. Les pompiers ont tout de suite aidé le personnel de la villa pour évacuer les résidants.

À l'aide de l'échelle, la deuxième équipe a arrosé l'entretoit pour s'assurer que le feu ne reprendrait pas. «Il a aussi fallu couper une partie pour aller voir plus loin, au cas où l'incendie se serait propagé, indique M. Bouchard. Le bâtiment est surtout en ciment et seul le bois a brûlé. Il n'y a que des dommages en surface.»

Un peu après 16 h, son travail était terminé et il laissait la place aux enquêteurs de la Sécurité incendie de Saguenay. L'hypothèse envisagée est que, lorsque l'entrepreneur a coupé une armature de métal durant les travaux de rénovation, des étincelles ont déclenché l'incendie. Cependant, puisque les travailleurs avaient d'autres tâches dans un autre coin de l'enceinte, ils ne s'en sont pas aperçus tout de suite.

Des intervenants de l'école primaire St-Joseph, juste en face, auraient sonné l'alarme. Les enfants n'étaient pas en danger, mais ils semblaient bien excités à la fin des classes de voir les camions rutilants des trois casernes et les 16 pompiers appelés. Comme il s'agit d'un foyer pour personnes âgées, les policiers ont aussi été demandés en renforts, pour sécuriser les habitants.

Les adjointes à la direction de la villa, Chantale Dufour et Véronique Bouchard, assurent que l'évacuation s'est bien déroulée, une fois averties par le contremaître. Des exercices ont lieu chaque année.

«On a senti l'odeur de fumée. On a commencé par l'étage supérieur, en descendant. C'est sûr que ce sont des personnes à mobilité réduite, alors que dans la partie neuve les gens sont autonomes. Il y avait plus de difficultés. Heureusement, ça s'est passé de jour, tous nos employés étaient présents», affirme Mme Bouchard.

Les personnes aînées ont par la suite été rassemblées dans la salle polyvalente. «Certaines sont prises du coeur et sont stressées, d'autres ont mal aux jambes. On va aller s'en occuper», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer