Jonquière

L'arrondissement fait une croix sur un investissement de 3 M$

Carl Dufour avait exprimé des inquiétudes au sujet... ((Archives))

Agrandir

Carl Dufour avait exprimé des inquiétudes au sujet du nombre de pharmacies présentes dans le secteur Arvida.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le conseil d'arrondissement de Jonquière a fait une croix sur un projet privé de trois millions $ et la création d'une cinquantaine d'emplois en fermant le dossier de demande de changement de zonage relié à l'implantation d'une pharmacie Jean Coutu dans le secteur du boulevard du Royaume et de la rue Langelier.

Réunis en séance régulière, hier, les élus ont abandonné sans aucune explication le processus entamé il y a plusieurs mois par une demande de dérogation mineure logée par la firme CIDIC, une filiale de Grimard Électrique. En novembre dernier, le conseil avait différé la demande lorsque le conseiller Carl Dufour avait exprimé des inquiétudes au sujet du nombre de pharmacies présentes dans le secteur Arvida.

Invité hier soir à motiver l'abandon du processus, M. Dufour, accompagné du président de l'arrondissement, Bernard Noël, a mentionné que les services ont procédé aux analyses nécessaires et ont conclu que la construction d'un tel commerce devait se faire conformément au schéma d'aménagement. «Nous avons proposé un autre terrain de l'autre côté du boulevard du Royaume. Il y a plein d'endroits où on peut ouvrir une pharmacie. Des gens ont travaillé à confectionner le schéma d'aménagement et il est bien fait. Si on décide de modifier le schéma pour chaque projet, on est aussi bien de mettre le schéma d'aménagement à la poubelle», a indiqué M. Dufour.

M. Dufour a invoqué le projet de loi 28 qui amputera des revenus aux pharmaciens propriétaires et provoquera des fermetures ainsi que la nécessité de protéger les centres-villes comme motifs pour abandonner le processus de modification de zonage.

Tractations

Du côté du promoteur, André Tremblay, un courtier immobilier habitué de travailler à l'implantation de pharmacies Jean Coutu, ce dernier déclare que le projet a fait l'objet de toutes sortes de tractations depuis un an.

M. Tremblay rappelle qu'il travaille avec l'évaluateur Pierre Doré, autrefois de la firme l'Immobilière, en ajoutant que le dossier faisait l'objet d'un certain blocage.

«Le conseiller Carl Dufour a toujours apporté l'argument que c'était pour protéger le Carré Davis. On a fait descendre des gens de Jean Coutu de Montréal pour confirmer que la succursale du secteur Davis était liée pour 20 ans par bail. Il y a eu du charriage de tout bord tout côté. On a rencontré les gens de la ville à deux reprises. Il y avait toujours des raisons pour bloquer le projet», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer