Cyberattaque chez Perséides technologie

De 20 à 40 sites Internet piratés

Les 15 employés de Perséides technologie ont été... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Les 15 employés de Perséides technologie ont été mobilisés, hier matin, pour rétablir la situation. Vers midi, la plupart des sites avaient retrouvé leur apparence d'origine.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelque 20 à 40 sites Internet d'organisations régionales hébergés par Perséides technologie ont été piratés, dans la nuit de vendredi à samedi. La cyberattaque a été revendiquée par un pirate informatique prenant le nom d'«Evlat» qui se dit relié à la Turkish Cyber Army.

Les sites Internet de CORAMH, d'Édouard les bains, de Jonquière Médic, de la Pulperie, du Regroupement action jeunesse 02, du Cinéclub d'Alma, de la Pulperie, de la Fondation Marc Denis, de la Fromagerie Médard, du Mont-Jacob, de Migraction ou encore de Demex, Coupesag et Acier MYK, entre autres, font partie de la liste des organisations qui ont été touchées par la cyberattaque.

Le pirate avait d'ailleurs publié la liste de ses prochaines cibles sur sa page Facebook le 5 juin. Les sites Internet piratés affichaient le logo et des images reliées à la Turkish Cyber Army, ainsi que des inscriptions en turc et en anglais.

Le Centre antifraude du Canada, contacté par Le Quotidien, a indiqué ne détenir aucune information sur le groupe Turkish Cyber Army.

Sites vulnérables

Le président-directeur général de Perséides technologie, Christian Desgagné, estime que le pirate informatique a réussi à pénétrer dans les serveurs de l'entreprise en passant par une faille d'un ou de plusieurs sites Internet «vulnérables» qui n'avaient pas été mis à jour récemment.

L'attaque s'est déroulée dans la nuit de vendredi à samedi, mais Perséides technologie n'a été informée de la situation que tôt lundi matin, puisque le système d'alarme du serveur avait été désactivé par le pirate.

«Il a «coupé le fil» de notre premier système, qui nous avertit dès qu'il y a un problème. Notre deuxième système de sécurité, qui n'avait jamais fonctionné en 10 ans, a ensuite pris le relais pour expulser le pirate, mais sa fonction n'est pas de nous avertir», a expliqué M. Desgagné, en entrevue avec Le Quotidien, hier, au terme d'une matinée très occupée.

Toute l'équipe de Perséides technologies a été mise à contribution pour rétablir la situation. La plupart des sites avaient retrouvé leur apparence d'origine vers midi.

Action isolée

M. Desgagné estime qu'il s'agit de l'oeuvre d'un cyberpirate isolé. «Ces outils peuvent être trouvés facilement par une personne qui s'y connaît en informatique, indique-t-il. Cela peut provenir de partout dans le monde. [...] Et il ne semble pas y avoir de raison qui explique pourquoi ces sites ont été visés. C'est un malheureux hasard.»

Le PDG évalue la possibilité de porter plainte à la Sûreté du Québec ou à la GRC, mais souligne qu'il est souvent difficile de retracer les auteurs de ces attaques et que le piratage n'est pas considéré comme un acte criminel dans certains pays.

mgauthier@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer