Omble de fontaine

Un projet unique pour favoriser la reproduction

Josianne Lalande, chargée de projet pour le comité... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Josianne Lalande, chargée de projet pour le comité de bassin versant Rivage de la rivière du Moulin, supervisera la réalisation de deux aménagements fauniques pour l'omble de fontaine sur deux ruisseaux de Laterrière

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Deux aménagements fauniques seront réalisés cet été sur le territoire du bassin versant de la rivière du Moulin pour favoriser la reproduction de l'omble de fontaine. Le projet pourrait permettre de diminuer ou de cesser l'ensemencement annuel à long terme.

Le comité de bassin versant Rivage de la rivière du Moulin travaille sur le projet depuis un an. La chargée de projet de l'organisme, Josianne Lalande, indique qu'il s'agit du premier projet du genre pour l'omble de fontaine (aussi appelée truite mouchetée) réalisé sur le territoire du bassin versant de la rivière.

La rivière du Moulin coule sur quelque 83 kilomètres et son bassin versant couvre une superficie d'environ 373 kilomètres carrés. Les aménagements fauniques seront réalisés sur deux ruisseaux, Maltais et des Pères, à Laterrière, en juillet et en août.

« Malgré l'ensemencement annuel effectué par l'Association de chasse et pêche de Chicoutimi dans le cadre de la Fête de la pêche, la population d'omble de fontaine n'augmente pas. L'habitat n'est pas favorable pour leur reproduction », indique la chargée de projet, qui vient récemment d'être engagée par l'organisme à but non lucratif pour un contrat de six mois.

Plusieurs aménagements seront réalisés dans les zones ciblées. Des petits graviers seront disposés dans une zone d'eau calme pour aménager une frayère. Un seuil de bois sera aussi installé pour retenir l'eau et former une petite chute qui permettra d'oxygéner l'eau et d'augmenter le courant, ce qui permettra de restreindre le dépôt de sédiments dans le fond de l'eau. « Les sédiments étouffent les oeufs des frayères », précise la jeune femme.

Des déflecteurs seront aussi utilisés. « C'est le même principe que pour le seuil, le but est de restreindre la largeur du cours d'eau pour augmenter le niveau, car certains secteurs s'assèchent durant l'été », ajoute-t-elle.

Le projet, autorisé par la Fondation de la faune du Québec, est soutenu par Environnement Canada, Services Canada et Saguenay.

Long terme

À terme, dans cinq ou dix ans, l'organisme espère que ces deux aménagements permettront à la population d'omble de fontaine d'augmenter.

« Les effets ne seront pas observables du jour au lendemain, car il faudra donner le temps aux poissons qui pourront passer les années à s'adapter à leur nouvel habitat, ajoute-t-elle. Le renouvellement des populations permettra de maintenir un niveau de pêche sportive, tout en ayant une population plus diversifiée qui pourra évoluer dans un environnement plus stable et peut-être permettre de rétablir un équilibre naturel proie-prédateur. »

Des bénévoles sont recherchés pour prendre part aux aménagements. Les personnes intéressées peuvent contacter l'organisme au 418 973-4321 ou par courriel (rivage@obvsaguenay.org).

mgauthier@lequotidien.com

Le comité de bassin versant Rivage de la rivière du Moulin a plusieurs projets dans ses cartons. L'organisme, qui tenait son assemblée générale annuelle jeudi soir, souhaite notamment nettoyer des dépotoirs illégaux qui ont été localisés à quelques endroits sur le territoire du bassin versant. Des échantillons seront aussi prélevés en amont et en aval du nouveau parc éolien de la Rivière-du-Moulin pour vérifier si la présence du parc a un impact sur la qualité de l'eau. Le Réseau-rivière effectuera des prélèvements à l'embouchure de la rivière, ce qui permettra de comparer les résultats obtenus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer