Colloque de l'Association québécoise de pédagogie collégiale

Un sourire ou un geste pour changer une vie

Quelque 120 conférences seront présentées jusqu'à vendredi au... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Quelque 120 conférences seront présentées jusqu'à vendredi au colloque de l'Association québécoise de pédagogie collégiale. Sur la photo, la conférencière Heather Sorella, du Collège LaSalle.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le conseiller pédagogique René Duchemin voit les enseignants comme des « semeurs d'attitudes ». Loin de croire que les groupes « plus difficiles » sont irrécupérables, il soutient plutôt que les enseignants ont une grande part de responsabilité afin qu'un groupe devienne motivé.

« Comment avez-vous fait pour changer d'attitude, au fil de votre vie? Personne n'a pu vous forcer à changer d'attitude. C'est une décision. Peut-être que quelqu'un vous a inspiré. Un parent, un prof... », a pointé le conférencier invité dans le cadre du colloque annuel de l'Association québécoise de pédagogie collégiale, qui se tient à Chicoutimi jusqu'à demain.

« Parfois, ça ne prend pas grand-chose: un sourire, un geste, une parole au bon moment. Quelqu'un vous a fait changer d'attitude un jour, entre l'âge de 18 ans et aujourd'hui, et ce n'était pas avec une grille d'évaluation des attitudes. Nos jeunes, vous êtes de passage dans leur vie. Vous avez une opportunité de les aider à cheminer. »

M. Duchemin, un ingénieur qui a travaillé de 1986 à 2003 au sein de Bell Canada avant de joindre l'équipe du Cégep de Trois-Rivières comme enseignant, est l'auteur d'un guide intitulé Les attitudes en stage. Depuis 2010, M. Duchemin est conseiller pédagogique au Cégep de Trois-Rivières.

Hier, il a utilisé l'humour pour faire passer son message. Les 150 personnes présentes, des enseignants, des conseillers pédagogiques et des cadres, ont eu l'occasion de revivre des situations qu'ils vivent fréquemment au cégep. M. Duchemin a exposé des conversations qu'il a eues avec des enseignants qui déploraient un « problème d'attitude » avec leurs élèves.

« Ils sont trop gâtés », lui a dit un enseignant.

« On va mettre ça sur le marché du travail, ça n'a pas de bon sens », lui a déjà affirmé un autre.

« Le ménage aurait dû être fait en première année, sauf que moi j'enseigne en troisième... », a dit M. Dumoulin, se souvenant d'une conversation qui a immédiatement fait sourire la foule.

M. Duchemin a affirmé aux enseignants que le « problème d'attitude » n'est surtout pas générationnel. Il s'est souvenu d'une conversation avec un « boomer » qui lui avait dit que c'était mieux dans son temps et que sa génération a appris le partage, contrairement aux jeunes d'aujourd'hui.

« Regarde, il est fini ton temps. Et oui, quand je regarde la Commission Charbonneau, je trouve que vous l'avez pas mal, le sens du partage », a lancé M. Duchemin, un excellent tribun.

1100 personnes

Le 35e colloque annuel se poursuit aujourd'hui au Montagnais. Quelque 1100 personnes participent à l'événement organisé conjointement par le Cégep de Jonquière et le Cégep de Chicoutimi. 120 conférences et ateliers seront présentés, dont une vingtaine par des intervenants de la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer