Initiative de la Société de la vallée de l'aluminium

Un pont avec le golfe Persique

Hughes Lajoie, directeur du Bureau de développement économique... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Hughes Lajoie, directeur du Bureau de développement économique régional de RTA: Arthur Gobeil, président de la Société de la vallée de l'aluminium et Frédéric Potvin, président de Morin Énertech, ont annoncé l'ouverture prochaine à Dubaï d'une place d'affaires au service de six équipementiers régionaux.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Les perspectives d'expansion de la production d'aluminium primaire au Moyen-Orient incitent six équipementiers de la région à y créer un pont avec l'ouverture d'une place d'affaires dans la région du Golfe Persique.

À l'initiative de la Société de la vallée de l'aluminium et du créneau Transformation de l'aluminium et d'autres partenaires, le consortium formé de Groupe Canmec, Dynamique Concept, Groupe Réfraco, Morin Énertech, Jamec et Mecfor ont annoncé qu'ils participent au projet Export-Équipements, volet 2. L'objectif est d'assurer une présence physique auprés des représentants des grandes aluminineries Sahar, Dubal, Émal, Quatar, Alba, et Maaden, qui, ensemble, produisent six millions de tonnes d'aluminium annuellement dans cette partie du monde. Toutes ces alumineries disposent de la techologie AP.

L'exercice qui vise à mettre en commun l'effort de commercialisation des produits et services des équipementiers sera assuré par l'agent local de développement Wadii Boujendar. Ce dernier oeuvre depuis une quinzaine d'années en représentation industrielle en Afrique du Nord, en Asie, au Moyen-Orient ainsi qu'en Amérique du sud. « Tout ça est le résultat du travail que nous avons commencé en amont il y a cinq ans », explique Arthur Gobeil, président de la SVA. La première phase du projet avait permis de valider les besoins et d'identifer les meilleures façons de saisir les opportunités dans ce marché. Un autre étude a permis d'analyser les meilleures façons d'approcher ces alumineries pour la vente de biens et services à travers leurs réseaux d'acheteurs. « Il y a eu une écoute intéressante, mais les démarches sont particulières au Moyen-Orient. Ce sont les entreprises qui engagent un agent », ajoute M. Gobeil.

Frédéric Potvin, président de Morin Énertech, s'est dit heureux que la région et les équipementiers se dotent d'une structure forte formée d'entreprises ayant adopté les meilleures pratiques dans la prestation de biens et services destinées aux alumineries. L'avantage de la structure est que chaque entreprise peut continuer d'appliquer sa propre stratégie d'affaires. « La SVA a réussi à assembler un casse-tête qui n'était pas évident au départ ».

En ce qui a trait au potentiel du volume d'affaires, les équipementiers évaluent qu'un marché annuel de 12 M$ est accessible dans le réseau des six alumineries. Selon M. Boujendar, le potentiel d'affaires pour les équipementiers régionaux est susceptible de prendre beaucoup d'expansion puisque les alumineries du Moyen-Orient sont dotées de la technologie AP, bien connue dans la région, en plus de posséder des licences de fabrication exclusives pour certains équipements. L'autre aspect du dossier, selon lui, est la volonté de ces pays arabes de profiter de leurs faibles coûts d'énergie pour construire de nouvelles alumineries pour atteindre un volume de production jusqu'à 9 à 10 millions de tonnes de métal gris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer