Rencontre à Ottawa

Le dossier du bois au sommet de la pile

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La délégation de maires du Québec et de l'Ontario ainsi que des intervenants de l'industrie forestière qui s'est rendue à Ottawa, hier, croit avoir réveillé le gouvernement fédéral concernant les actions à prendre pour réduire les impacts des pressions de Greenpeace et les effets de la mise en place du plan de rétablissement du caribou forestier.

«Je pense sincèrement que ça va porter fruit. Le dossier va monter au-dessus de la pile», a illustré André Tremblay du Conseil de l'industrie forestière. «Les gens au ministère de l'Environnement ont été "shaké" par les témoignages des maires qui leur ont dit que c'est eux dans leur municipalité qui se ramassaient avec le problème et les répercussions de la protection du caribou forestier», a-t-il ajouté.

Les fonctionnaires du ministère de l'Environement s'étaient montrés réfractaires à réaliser des études plus poussées pour connaître les habitudes de cette espèce menacée. Le cri du coeur des maires a fonctionné. «Ils ont accepté de mettre sur pied une table de travail sur le caribou forestier afin de tenir compte des municipalités forestières. Jamais nous n'avons été consultés. Nous allons avoir une journée de travail prochainement», a informé pour sa part Jean-Pierre Boivin qui représentait la Fédération québécoise des municipalités.

Dix-neuf maires du Québec et sept de l'Ontario et les associations forestières de ces deux provinces se sont présentés hier à Ottawa pour réclamer que le gouvernement Harper défende les pratiques forestières canadiennes. Ils ont tenu une conférence de presse pour sensibiliser l'ensemble du pays aux ravages que causent les attaques de Greenpeace contre l'industrie forestière et les répercussions que pourrait engendrer la mise en place de la protection du caribou forestier.

Ces représentants se sont entretenus par la suite avec Denis Lebel pendant une heure. Ils ont également pu discuter avec le chef de cabinet du ministre des Ressources naturelles.

Combattre Greenpeace

«Il y a une belle ouverture de la part du gouvernement et ils se sont engagés à mettre en place un programme pour communiquer à l'international les pratiques forestières canadiennes afin de contrebalancer les propos mensongers véhiculés par Greenpeace. Ils vont intensifier les actions et devraient mettre en place une série de mesures», a mentionné Jean-Pierre Boivin.

«Je pense que le ministre Denis Lebel et l'équipe du ministre des Ressources naturelles ont bien saisi le cri du coeur des maires et de l'industrie. Ils veulent rétablir les faits concernant les pratiques forestières au Québec», a révélé pour sa part André Tremblay.

Un communiqué a été publié par le gouvernement Consevateur à la suite des rencontres d'hier. Pas d'actions concrètes ont été présentés en lien aux attaques de Greenpeace. On affirme plutôt que le gouvernement a accordé «un soutien sans précédent au secteur forestier» depuis 2007 avec des investissements totalisant 1,8 milliard pour la forêt. Il s'est engagé dans son plan économique 2015 d'investir 85 M$ pour l'innovation forestière et 75M$ pour l'application de la Loi sur les espèces en péril.

Jean-Pierre Boivin estime que cette opération n'aura pas été un coup d'épée dans l'eau. «Je suis très satisfait que nous ayons livré ce message. D'avoir des représentants du Québec et de l'Ontario a donné beaucoup de poids à nos revendications. On n'est pas monté là pour rien», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer