Trois mères plaident leur cause

Les parents goûtent à l'austérité

Elle-même mère d'un enfant avec des difficultés d'apprentissage,... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Elle-même mère d'un enfant avec des difficultés d'apprentissage, Julie Palin a vu son poste de conseillère pédagogique aboli.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois mères dont les enfants ont des déficiences intellectuelles déplorent que leurs jeunes se retrouveront dans une classe avec des enfants ayant des problématiques multiples et différentes. Elles ont livré de touchants témoignages aux commissaires de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, hier.

« Certains d'entre eux apprennent à lire et à compter. Mon fils fait présentement les apprentissages de base, comme la propreté. Il s'agit d'apprentissages différents, mais tout aussi importants. Ces jeunes ne peuvent tous être dans la même classe », a déploré Karine Fillion.

Le nombre de classes d'adaptation scolaire pour élèves ayant une déficience intellectuelle à l'école André-Gagnon passera de deux à une l'an prochain. La clientèle a diminué. Il y aura en 2015-2016 neuf élèves dans la classe, accompagnés de trois professionnels. L'an dernier, ils étaient 13, répartis dans deux classes, pour quatre professionnels. Le nombre maximal d'élèves par classe est de 12, ce qui explique la décision de la CS.

« Vos jeunes auront les services dont ils ont besoin, a dit le président de la CS, Antonin Simard. Je sympathise beaucoup avec vous. »

Les trois mères ont demandé aux commissaires de réviser leur décision.

Conseillère pédagogique

Une conseillère pédagogique a déploré que son poste soit coupé. Elle travaille depuis neuf ans comme conseillère pédagogique. Elle était enseignante auparavant. « Depuis toutes ces années, j'ai établi un lien de confiance. (...) Abolir le poste de conseillère pédagogique en adaptation scolaire, c'est diminuer les services aux élèves les plus vulnérables, a dit Julie Palin. C'est impossible que les élèves n'en ressentent pas les effets. »

Une mère a d'ailleurs pris la parole devant les commissaires pour expliquer l'importance de Mme Palin.

« Dans le contexte, c'est un choix déchirant que nous avions à faire. Les tâches seront réparties », a dit le président, devant l'assemblée.

La CS subit des coupes de deux millions de dollars à son budget pour l'année 2015-2016, ce qui porte son total de coupes à 12 M$ en cinq ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer