Hôtel de la Boréalie: Saint-Félicien ne reculera pas

Le maire Gilles Potvin.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le maire Gilles Potvin.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La ville de Saint-Félicien ne pliera pas. Elle va trouver des solutions pour maintenir le crédit de taxe sur 10 ans à l'hôtel de Boréalie tout en se conformant à l'avis du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire.

Le maire Gilles Potvin a été très ferme dans ses propos. Pas question de reculer. « On a pris des engagements avec un promoteur et on va les respecter. On va prendre les moyens pour se rendre conforme. Et on va procéder et c'est la position du conseil », a-t-il assuré d'un ton ferme, lors de la séance tenue hier soir.

Ce dernier a tenu à rappeler que pour faire invalider un règlement municipal, il faut verdict de la Cour supérieure du Québec. Donc, d'intenter des poursuites judiciaires.

Gilles Potvin a rappelé que le promoteur n'aurait pas investi des millions de dollars, si la ville n'avait pas trouvé des solutions pour le soutenir. « C'est un investissement qui est justifié parce qu'on veut bâtir! Avec le déclin de l'industrie forestière, c'est ce qui nous reste des promoteurs qui souhaitent développer la ville. Et là on entretient un climat malsain », a-t-il ajouté.

Le maire a indiqué que son conseil et les fonctionnaires travaillaient à trouver des pistes de solutions et que d'autres Lois municipales pourraient permettre d'accorder un crédit de taxe de 10 ans. « Nous avons deux ans et demi pour trouver une solution. Le crédit de taxe va s'appliquer sur 5 ans et on pourrait l'amender ce règlement pour le prolonger », a-t-il évoqué.

En revanche, il ne comprend pas que le ministère ait accepté ce règlement et dit que maintenant il ne respecte pas la loi. Des discussions vont avoir lieu.

Insinuations

Gilles Potvin n'a pas du tout apprécié les insinuations faites par la citoyenne Jeannine Lavoie.

« Aucune fois, il n'est question dans la lettre du ministère d'illégalité ou culpabilité. On s'en sert à qui mieux-mieux sur les médias sociaux. Il y a des gens qui vont avoir à répondre de leurs gestes. Le ministère nous offre sa collaboration pour trouver des pistes de solutions et régulariser », a-t-il tranché.

Le maire Potvin faisait référence à la page Facebook «Gens de Saint-Félicien, debout» qui présente un montage montrant un sac d'argent dans une main, la photo de Gilles Potvin et encadrée marquant « coupable ».

Et pas question de s'excuser sur les propos qu'il a tenus comme le demande la citoyenne Lavoie. « Absolument pas! Je n'ai rien dit d'offensant. Par contre, qu'on tente de me diffamer, de m'accuser ou tenter de calomnier, je ne peux pas tolérer ça », a-t-il répondu sèchement tout en n'écartant pas la possibilité d'intenter des poursuites en diffamation contre les responsables de cette page.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer