Le commandant Ménard au Cercle de presse

Les drones, des incontournables

Le commandant Sylvain Ménard était l'invité du Cercle... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le commandant Sylvain Ménard était l'invité du Cercle de presse.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le commandant Sylvain Ménard affirme que la Base militaire de Bagotville possède tous les atouts pour prendre de l'expansion au cours des prochaines années, notamment dans le créneau des drones à vocation militaire.

Le grand patron de la 3e Escadre était l'invité du Cercle de presse du Saguenay, mercredi.

Entre autres sujets, il a insisté sur le potentiel de Bagotville et sur son caractère linguistique unique au pays.

«Nous sommes très bien situés stratégiquement, nous avons l'espace nécessaire et nous avons une excellente relation avec la communauté», a-t-il énuméré lorsqu'interrogé sur la possibilité d'accueillir une division dédiée aux appareils sans pilote.

Selon le commandant Ménard, les drones sont devenus incontournables en matière de défense aérienne. Déjà, les pilotes canadiens doivent partager le ciel avec ces appareils lors de missions à l'étranger.

Les autorités analysent présentement la façon dont le Canada s'immiscera dans l'univers des drones.

Selon le commandant Ménard, ce n'est qu'une question de temps avant qu'Ottawa se lance officiellement dans ce champ d'activités.

«Les drones nous permettent d'avoir les yeux sur une situation en permanence, de jour comme de nuit», a-t-il souligné, rappelant que l'autonomie d'un avion sans pilote est un avantage indéniable.

En plus d'être utilisés en situation de combat, les éventuels drones des Forces canadiennes pourraient servir lors d'opérations de recherche et de sauvetage.

«Je vois une niche très importante pour les drones», a mentionné le commandant de la Base de Bagotville, qui cédera sa place le 10 juillet prochain afin d'entreprendre un nouveau défi au sein des Forces.

Cible réaliste

Toujours en ce qui concerne l'avenir de Bagotville, le commandant Sylvain Ménard estime que les CF-18 seront en mesure de tenir le fort jusqu'en 2020-25, cible décrétée par Ottawa.

«Le CF-18 est encore une plateforme très crédible, a-t-il soutenu, et il l'a prouvé lors des missions de bombardement en Libye» (à laquelle il a participé à titre de pilote, n.d.l.r).

Le gouvernement n'a pas encore statué quant à l'avion qui remplacera les chasseurs actuels au terme de leur vie utile. Selon le commandant Ménard, toutes les options sont sur la table. Refusant d'identifier celle qui lui semble la meilleure, le haut dirigeant a insisté sur l'importance de la mise à niveau des instruments de communication et de combat qui ont permis de prolonger la vie de la flotte actuelle. «On a hâte de connaître la décision du gouvernement afin de nous attaquer au plan d'implantation», a-t-il ajouté.

La Défense nationale a recommandé au gouvernement l'achat de 65 chasseurs de nouvelle génération.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer