Alma demande au MTQ de corriger une aberration

Le maire d'Alma, Marc Asselin... ((Archives))

Agrandir

Le maire d'Alma, Marc Asselin

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le maire d'Alma s'attaque maintenant au trafic de transit pour améliorer la fluidité de la circulation dans la municipalité. Après avoir modifié la signalisation à certains endroits et complété la synchronisation des feux de circulation sur l'avenue du Pont, la ville exige maintenant du ministère des Transports du Québec (MTQ) de lever l'interdiction de la circulation lourde de transit sur la Route du Lac Ouest, entre les boulevards Maurice-Paradis et Saint-Jude.

Une interdiction qui n'a pas de sens, selon les élus, car cette réglementation empêche les camionneurs d'emprunter la voie de contournement (Maurice-Paradis). En effet, cette route, construire au coût de près de 15 millions $, avait pour mission de réduire le trafic en pleine ville et de mieux desservir l'industrie.

Désengorger

«Cette voie a été faite pour canaliser la circulation lourde pour, notamment, désengorger l'avenue du Pont. Mais les entreprises situées sur le boulevard Saint-Jude ne peuvent rejoindre cette voie puisque le ministère l'interdit. C'est une aberration qu'il faut corriger», pointe Pascal Pilote, conseiller responsable de ce district.

Même s'il est interdit aux camionneurs en transit de circuler sur la Route du Lac, plusieurs l'empruntent. C'est pour cette raison que les élus réclament également l'ajout d'une meilleure signalisation pour indiquer clairement aux conducteurs les artères faisant l'objet d'une interdiction d'une circulation lourde de transit.

«Il y a plusieurs personnes venant de l'extérieur qui ne connaissent pas notre territoire. Car la signalisation, en ce moment, ce n'est pas efficace. On veut quelque chose de voyant. On veut que le transport lourd utilise la voie de contournement ", insiste le maire Marc Asselin, espérant une réponse positive de la part du MTQ.

Il y a plus de deux ans, rappelons-le, la ville avait exigé que l ministère interdise l'accès de l'avenue du Pont aux véhicules lourds, sous peine d'amende. Une demande qui n'a pas trouvé écho auprès des fonctionnaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer