Une marche à la place Nikitoutagan

Les maladies du rein méconnues

Le néphrologue Jérôme Pineault-Le Page assume la présidence... ((Courtoisie))

Agrandir

Le néphrologue Jérôme Pineault-Le Page assume la présidence d'honneur de la Marche du rein.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Patricia Rainville
Le Quotidien

La Marche du rein aura lieu dimanche prochain, à la place Nikitoutagan de Jonquière. C'est pour sensibiliser la population à la santé des reins, mais aussi à la greffe rénale et au «don vivant» que l'événement est organisé.

Cette année, c'est le néphrologue Dr Jérôme Pineault-Le Page qui assume la présidence d'honneur de l'événement. En plus de sensibiliser la population, la marche permettra d'amasser des fonds pour la Fondation canadienne du rein et la recherche médicale.

Selon Dr Pineault-Le Page, qui oeuvre à l'hôpital de Chicoutimi depuis près d'un an, les maladies rénales demeurent méconnues au sein de la population. «Nous parlons énormément du cancer et des maladies du coeur, mais les maladies du rein restent encore mystérieuses pour les gens. Plusieurs pensent que s'ils n'ont pas mal aux reins, tout va bien, ce qui n'est pas nécessairement le cas. Les maladies du rein sont insidieuses et souvent asymptomatiques», explique le néphrologue.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, 150 personnes souffrent d'insuffisance rénale terminale, c'est-à-dire qu'elles devront subir des traitements de dialyse jusqu'à la fin de leurs jours. En moyenne, les gens peuvent vivre seulement quelques années grâce à la dialyse. Il existe toutefois quatre stades d'insuffisance rénale avant d'atteindre la phase terminale. «Les principales causes de l'insuffisance rénale sont le diabète (type 1 et 2) et l'hypertension artérielle. Certains ont une insuffisance et l'ignorent alors c'est bien difficile de tenir des statistiques précises», ajoute Dr Pineault-Le Page.

Don vivant

Si la mission première de la Marche du rein est de sensibiliser la population à la santé du rein, les organisateurs espèrent également informer les gens sur la greffe rénale.

«Nous voulons surtout informer les gens sur le don vivant, ce qui signifie donner un rein de notre vivant. Il y a encore beaucoup de méconnaissance sur le sujet, surtout au Québec. Par exemple, au Canada, 40% des greffes de rein se font par une personne vivante. Au Québec, ce pourcentage chute à 20%. Nous voulons expliquer que ce genre de greffe ne se fait pas à la légère et qu'il est possible de très bien vivre seulement avec un rein», explique Dr Jérôme Pineault-Le Page.

Marche et course

La Marche du rein aura lieu le 24 mai, à la place Nikitoutagan de Jonquière. Le départ se fera entre 8h30 et 9h et les dons sont volontaires. Cette année, un volet course a été ajouté, afin d'attirer le plus grand nombre possible de participants. Un 5 km de marche et un 11 km de course seront donc organisés. L'organisation espère réunir entre 200 et 250 personnes et amasser 40 000$ durant sa campagne de financement.

prainville@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer