Ouananiche

Une pêche précoce et prometteuse

Chaque année des pêcheurs de partout au Québec... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Chaque année des pêcheurs de partout au Québec se donnent rendez-vous au lac Saint-Jean, à Desbiens ou Roberval, pour célébrer le rituel et le folklore de la fin de semaine d'ouverture de la pêche à la ouananiche.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

C'est Noël avant le temps pour les mordus de la pêche. Les gens taquinent la ouananiche depuis ce matin, soit une semaine avant l'ouverture officielle de la pêche au Québec. Il faut remonter aux années 80 pour retrouver une ouverture aussi précoce.

« La pêche n'a jamais été aussi tôt depuis les années 85 et 86. Mais ça ne serait pas surprenant de voir, dans les prochaines années, d'autres devancements », laisse tomber Marc Archer, directeur de Corporation LACtivité Pêche (CLAP), rappelant que l'ouverture hâtive de la pêche vise à protéger les stocks d'éperlans.

En effet, le nouveau cycle d'abondance, qui devrait durer environ six ans, s'est amorcé l'an dernier. Et si les pêcheurs n'ont pas encore vu les fruits de cette abondance dans le lac Saint-Jean, la saison 2015 s'annonce fructueuse.

« On l'a vu dans les rivières, l'an dernier, mais pas dans le lac. Cette année, cependant, on va être en "business" comme on dit. Les poissons sont plus gros, plus gras. La ouananiche se porte mieux que par les années passées et tous les indicateurs pointent vers de bonnes captures », commente M. Archer.

L'ouverture hâtive, rappelons-le, ne concerne que la ouananiche. La période de pêche au doré jaune et autres espèces débutera le vendredi 22 mai, comme à l'habitude.

Par ailleurs, plusieurs tronçons de rivières sont interdits aux pêcheurs jusqu'au 21 mai. Des portions de la Belle-Rivière, la Métabetchouan, l'Ashuapmushuan, la Mistassini et la Périobonka sont visées par cette interdiction.

« Ce sont principalement des endroits où l'on retrouve du doré qui est en pleine période de fraye. On ne voulait pas que des gens se trouvent dans ces secteurs en disant qu'ils étaient là pour la ouananiche. Ça évite ce genre de chose », note le directeur du CLAP.

Pour cette première semaine de pêche, les endroits les plus populaires demeurent les eaux entre Desbiens et Mashteuiatsh. Et ce premier devancement de l'ouverture de la ouananiche jumelle la pêche traditionnelle autochtone. Les pêcheurs ne peuvent donc pas lancer la ligne devant la communauté amérindienne. Des bouées ont été installées pour délimiter ce territoire exclusivement réservé aux autochtones.

« L'an dernier, nos pêches se sont chevauchées aussi, mais sur une période plus courte. Tout s'est bien passé et il n'y a pas eu de problème. Les gens doivent seulement respecter ce périmètre », détaille M. Archer.

Des Changements au CLAP

Après huit ans à la présidence du CLAP, Mishell Potvin de Jonquière quitte ses fonctions. Luc Gibbons, conseiller municipal de Saint-Félicien, a été nommé pour le remplacer.

« Il connaît bien les enjeux. Nul doute dans mon esprit que M. Gibbons continuera de faire progresser notre organisation, et ce, dans les meilleurs intérêts de la ressource et des pêcheurs », a exprimé M. Potvin par l'entremise d'un communiqué.

Luc Gibbons pourra compter sur l'aide du président sortant, qui demeurera au conseil d'administration jusqu'en 2016 pour compléter son mandat à titre d'administrateur. À court terme, l'élu félicinois compte mener à bien le projet d'aménagement de 25 bancs de fraie pour l'éperlan arc-en-ciel dans le lac Saint-Jean, durant l'hiver prochain.

Estacades installées

L'installation des estacades a été complétée sur les rivières Petite Décharge, Grande Décharge et Saguenay en vue de l'ouverture de la pêche, a indiqué hier la division Énergie électrique de Rio Tinto Alcan, dans un bulletin A prop'EAU express.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer