Couverture de la SQ dans la région

Positionnement inefficace

Les coupes budgétaires imposées à la Sûreté du... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Les coupes budgétaires imposées à la Sûreté du Québec alliées à la réorganisation administrative qui se prépare pourraient avoir des effets sur la couverture de services sur le territoire du Saguenay et de la Réserve faunique des Laurentides.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Les coupes budgétaires imposées à la Sûreté du Québec alliées à la réorganisation administrative qui se prépare pourraient avoir des effets sur la couverture de services sur le territoire du Saguenay et de la Réserve faunique des Laurentides.

Selon les informations obtenues par Le Quotidien, des discussions ont eu lieu en février dernier entre les membres du Comité de sécurité publique de la MRC du Fjord et le commandant de district, Mario Bouchard, afin d'analyser la possibilité de rapatrier au poste principal de Saint-Ambroise les effectifs du poste auxiliaire de la MRC basé au quartier général de la rue des Roitelets à Chicoutimi. Le 25 mars dernier, une demande aurait été logée au quartier général de la rue Parthenais pour obtenir les autorisations nécessaires.

Ces discussions ont lieu alors que l'entente signée en novembre 2004 entre la MRC du Fjord et la Sûreté du Québec est échue depuis novembre dernier. Elle prévoit que le nombre de policiers assignés à la MRC est de 33 réparti dans le plan d'organisation des ressources par secteur d'activités (gendarmerie, enquête, administration, secteur de patrouille et parrainage des municipalités). Or, selon les dernières données fournies par la SQ, 42 policiers sont affectés à la MRC au poste auxiliaire de Chicoutimi et au poste principal de Saint-Ambroise.

Selon nos sources, la difficulté de gérer ces effectifs divisés en deux lieux de travail différents et oeuvrant sur deux quarts de travail différents de neuf et douze heures et une guerre intestine engendrée par cette situation seraient invoquées pour justifier le déplacement des effectifs vers Saint-Ambroise.

Réticences

En raison de l'immensité du territoire de patrouille qui s'étend d'ouest en est de Bégin jusqu'aux limites de Petit-Saguenay en passant par Ferland-et-Boilleau, et du sud au nord entre le Lac Minilstuk dans la Réserve faunique jusqu'aux territoires non organisés des Monts-Valin et Saint-Rose-du-Nord, le projet de centralisation en discussions serait loin de passer comme une lettre à la poste autant chez les élus du Bas-Saguenay que sur le terrain.

Le fait que le poste Saint-Ambroise, qui y a été implanté pour des motifs politiques, soit situé plus à l'ouest du territoire par rapport à Chicoutimi, aurait un impact sur le temps d'intervention au Bas-Saguenay en cas d'urgence. De Saint-Ambroise à Petit-Saguenay, la distance à parcourir sur la route 172 et la 170 est de 132 km et il est nécessaire d'emprunter le pont Dubuc, le milieu urbain de La Baie pour rouler sur la route 170 dans sa partie sinueuse et « côteuse », ce qui serait loin d'être idéal en période hivernale pour les policiers affectés.

Un autre obstacle qui se dresse serait lié à la nécessité d'agrandir le poste de Saint-Ambroise, inauguré ces dernières années, afin d'accueillir une dizaine de policiers supplémentaires et un sergent alors qu'une somme de 1,5 M$ a déjà été investie au quartier général de la rue des Roitelets pour aménager les lieux afin de recevoir le service de tri sécuritaire. Ce service formé de civils et policiers est mandaté pour vérifier l'octroi de contrats de construction de plus de 10 M$ à l'échelle provinciale. Or, des effectifs moindres que prévu auraient laissé des espaces de bureaux déserts.

Autant du côté de la MRC du Fjord que la SQ, il est difficile d'obtenir un portrait juste concernant l'avenir du poste auxiliaire de Chicoutimi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer