Rapport rendu public par le ministère du Développement durable

Les berges se portent mieux

Malgré un phénomène d'érosion qui provoque sporadiquement d'importants... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Malgré un phénomène d'érosion qui provoque sporadiquement d'importants inconvénients à certains endroits, la largeur moyenne des plages s'est accrue de 8,3 mètres depuis 1986.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La largeur moyenne des berges du lac Saint-Jean est de 8,3 mètres de plus qu'elle ne l'était en 1986, selon le Rapport de suivi 2014 du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean déposé par Rio Tinto Alcan et rendu public hier par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

« De 1986 à 2006, un accroissement moyen de la largeur de plage de 9,0 mètres a été observé sur les 45 kilomètres suivis par le programme. On se rappelle qu'en 2013, la largeur moyenne des plages avait diminué d'un mètre. Pour 2014, la largeur moyenne est de 8,3 mètres de plus que celle constatée en 1986. Notez cependant que les rechargements de l'automne 2014 ont été réalisés après l'arpentage du début novembre », indique RTA dans le rapport.

Des problématiques reliées aux sorties des ruisseaux, localisées à l'intérieur de secteurs de plage rechargés, ont été soulevées par certains riverains au cours des dernières années. « La principale problématique concerne la sécurisation des abords, écrit RTA. C'est le cas entre autres pour les ruisseaux Savard et Ptarmigan à Dolbeau-Mistassini. À l'hiver 2014, le ruisseau Savard a fait l'objet d'une reconfiguration de son extrémité aval, ce qui lui a permis de conserver son lit principal pendant toute la période d'utilisation du lac Saint-Jean. La reconfiguration de ces deux émissaires fait dorénavant partie de notre programmation annuelle. »

Pas suffisant

Selon le rapport, de fréquents rechargements de plage sont réalisés dans les secteurs de Saint-Gédéon-sur-le-Lac et du Camping Saint-Pierre de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix depuis quelques années. « Selon les suivis techniques, ce type d'intervention ne suffit plus, à lui seul, à maintenir une largeur de plage acceptable. En effet, la présence du canal de l'embouchure de la Belle-Rivière, située parallèlement à la berge de Saint-Gédéon-sur-le-Lac, fait en sorte d'abaisser la zone de marnage (différence entre les hautes et les basses eaux) en façade de ce secteur et d'amplifier ainsi l'érosion de la berge. Afin de contrer cette situation, des travaux sont réalisés à cet endroit. Une première intervention consistant en l'aménagement de trois épis dans le secteur du banc de sable de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix a été réalisée à l'hiver 2014. En 2015, l'aménagement d'un perré de soutien est envisagé. Ce dernier consiste en la construction d'un empierrement combiné à un rechargement de plage qui recouvrira en grande partie cet aménagement », explique-t-on dans le document.

Cette intervention a été ajoutée, compte tenu de l'impossibilité à court terme de procéder à la relocalisation du canal telle que présentée dans la dernière année, souligne RTA.

En 2014, des interventions de protection ont touché 29 sites répartis dans sept municipalités.

L'investissement global lié aux activités du programme de stabilisation des berges pour 2014 s'élève à plus de 7 M$ (incluant 2 M$ pour les travaux de rechargement de plage de 2013 reportés au début de 2014).

Le rapport est élaboré et déposé conformément à l'entente intervenue entre Alcan Aluminium ltée et le gouvernement du Québec dans le cadre du décret reconduit en 2006.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer