Partenariat Transpacifique

Les producteurs de lait pressent Harper

Les producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean pressent le... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Les producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean pressent le gouvernement Harper de respecter son engagement de maintenir la gestion de l'offre intégrale, dans le cadre du Partenariat Transpacifique.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Les producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean pressent le gouvernement Harper de respecter son engagement de maintenir la gestion de l'offre intégrale, dans le cadre du Partenariat Transpacifique.

«On a été échaudé avec l'accord Canada-Europe, on ne veut pas que ça se répète avec le Partenariat Transpacifique», a affirmé le président des Producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Daniel Côté.

Ce traité de libre-échange, actuellement en négociation, comprend une douzaine de pays, incluant entre autres le Canada, les États-Unis et le Japon et vise à intégrer les économies des régions de l'Asie et du Pacifique. «Le rythme des négociations s'est accéléré dernièrement et celles-ci entrent actuellement dans la phase où des enjeux très délicats, comme l'agriculture, seront abordés», a indiqué Daniel Côté.

Malgré l'engagement des politiciens, les producteurs de lait se disent inquiets, puisque le premier ministre Stephen Harper avait affirmé que des choix difficiles devraient être faits au cours de cette négociation.

Pour les producteurs, la gestion de l'offre est une bonne affaire pour le Canada, puisqu'elle compte entièrement sur le prix du marché et les producteurs, sous cette gestion, ne reçoivent aucune subvention gouvernementale. «Les retombées économiques de la production laitière canadienne représentent plus de 18 milliards de dollars et le secteur laitier représente 215 000 emplois à travers le Canada. Dans la région, ce sont 1990 emplois directs et indirects qui sont en jeu. La seule responsabilité de l'État dans ce système est de contrôler les frontières», a ajouté le président.

L'entente Canada-Europe, signée en 2013, permettra l'importation de 17 700 tonnes de fromages, ce qui équivaut à un peu plus de la production régionale. «De nouvelles concessions auraient des conséquences très négatives pour une région comme la nôtre. C'est comme si on faisait disparaître les producteurs de lait de la région», a affirmé Daniel Côté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer